La période de déclaration de candidature a pris fin le 26 mai, à 14 h. À cette date, tous ceux voulant se porter candidats à l’élection partielle du 11 juin devaient avoir déposé leur dossier au directeur du scrutin, dossier devant inclure au moins 100 signatures de résidents de la circonscription. Dix personnes ont rempli ces conditions et sont maintenant candidats officiels. Mais qui sont donc ces aspirants à la succession du député démissionnaire Tony Tomassi?

La plupart sont déjà connus. Ainsi, l’Informateur a un jour ou l’autre parlé des candidatures de Gaëtan Bérard (Parti vert du Québec), Domenico Cavaliere (Coalition avenir Québec), Sébastien Rivard (Québec solidaire), Frédéric St-Jean (Parti québécois), Marc Tanguay (Parti libéral du Québec) et Paolo Zambito (Option nationale).

Le journal n’a toutefois jamais soufflé mot de Marc-André Beauchesne (indépendant), Renaud Blais (Parti nul), Guy Boivin (Équipe autonomiste) et Patrice Raza (Parti conservateur du Québec). S’il n’a pas été possible d’obtenir de l’information sur le premier, les trois autres ont des profils à géométrie variable sur l’internet.

M. Blais semble âgé dans la vingtaine. En 2009, alors qu’il étudiait à l’Université Laval, il a fondé le Parti nul. Il en est aujourd’hui le chef. Se présentant comme un parti sans idéologie, le Parti nul semble vouloir canaliser la frustration des électeurs qui ne se reconnaissent dans aucun des camps politiques.

Partant, au lieu d’annuler leur vote, ces électeurs sont invités à faire une croix vis-à-vis du Parti nul. Comme le site internet de la formation politique l’indique, « il n’existe aucune manière pour les partis au pouvoir (ni pour la population) de distinguer les votes annulés volontairement en guise de protestation de ceux qui étaient simplement accidentellement invalides ». Un vote pour le Parti nul permettrait donc à tous de chiffrer le mécontentement de la population.

Équipe autonomiste, pour laquelle se présente M. Boivin, a été fondé en 2012. Selon le site du parti, le candidat est un technicien en droit et un écrivain résidant à Québec. Équipe autonomiste a d’ailleurs été fondée dans la capitale provinciale afin de donner « une voix officielle à la majorité silencieuse ».

Le parti décline plusieurs propositions sur son site internet. En matière de santé et d’éducation, il veut notamment abolir les agences régionales de santé, faire payer aux étudiants universitaires 30 % du coût de leur formation et faire suivre à tous les élèves, à partir de la quatrième année du primaire, une partie de leur éducation dans l’autre langue officielle.

Dans un autre ordre d’idée, Équipe autonomiste veut réduire la taille de la fonction publique et limiter le pouvoir syndical.

Le profil le plus surprenant est celui de M. Raza. Âgé d’environ 20 ans et semblant résider à Rivière-des-Prairies, le candidat du Parti conservateur du Québec (ressuscité en 2012) n’a pour site internet officiel que sa page Facebook. Sur celle-ci, on constate qu’il est amateur d’une forme d’art martial s’apparentant à de la lutte et qu’il aime poser en sous-vêtement.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus