Le projet du Train de l’Est, initialement prévu pour 2010, ne sera pas en service avant 2014. Ce report, couplé avec la réduction des services dans certaines gares et la hausse des coûts du projet annoncés en 2011, soulève l’ire de la mairesse de l’arrondissement Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, qui ne se cache pas pour dénoncer l’incurie des dirigeants du projet.

« Comment se fait-il qu’un projet aussi important de transport collectif pour l’île de Montréal et pour la région de Montréal n’ait pas été pris plus au sérieux que ça, se demande, découragée, la mairesse. On a un projet qui coûte beaucoup trop cher, et qui est diminué et qui vient affecter directement notre population. »

La Presse révélait le jeudi 12 janvier que des modifications non négligeables seraient apportées à certaines gares, comme à celle de Rivière-des-Prairies—qui sera située près des boulevards Maurice-Duplessis et Saint-Jean-Baptiste—, qui perdra des places de stationnement incitatifs.

« C’est des craintes qu’on a depuis le tout début. Les gens de la couronne nord vont venir se stationner à Pointe-aux-Trembles », prévient-elle. La gare de Rivière-des-Prairies devait aider la gare de Pointe-aux-Trembles à amortir le nombre de voitures des banlieues.

Certains Prairivois, qui avaient prévu se servir du Train de l’Est pour se rendre au centre-ville, risquent donc de ne plus avoir de places à leur arrivée le matin. Et cela, s’il en reste, car la mairesse ignore même jusqu’à la capacité du futur stationnement incitatif, qui était de 310 places avant cette annonce.

« Nos citoyens, qui veulent prendre le train, vont peut-être se retrancher sur la gare de Rivière-des-Prairies, dit-elle. Ils comptaient sur le stationnement incitatif et là on se fait couper des places. »

Quant aux quais chauffants, ils ne seront finalement pas construits dans les gares en chantier. Mme Rouleau dit ne pas avoir d’opinions à ce sujet. Ce n’est pas un véritable enjeu, assure-t-elle.

Ces coupures de services sont la conséquence directe d’un retranchement de 40 M$ au budget de 715 M$ du projet, qui passera à 671 M$. Le projet initial devait s’élever à 300 M$.

Le Train de l’Est, annoncé par le gouvernement de Jean Charest en 2006, reliera Mascouche à la gare ferroviaire du centre-ville de la métropole, tout près de la place Bonaventure. Son tracé sera d’une longueur de 51 km.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus