Photo TC Media - Jean-Marc Gilbert Les résidents de la 53e avenue exigent une intervention de l'arrondissement.

Exaspérés des excès de vitesse sur la 53e Avenue, à Rivière-des-Prairies, des résidants ont décidé de prendre eux-mêmes la situation en main en installant un bollard mobile au beau milieu de la rue.

Selon les nombreux résidants de l’avenue, rencontrés par TC Media, il arrive fréquemment que des voitures roulent jusqu’à 60 km/h sur cette rue résidentielle qui donne sur une école, alors que la limite de vitesse est de 40 km/h.

«Ça va prendre quoi pour agir? Quelqu’un qui va se faire frapper dans la rue», se questionne Rosie, qui a préféré taire son nom de famille.

Une pétition signée par les résidants d’environ 45 maisons de la rue, déposée à l’arrondissement en 2012, n’aurait pas fait bouger les choses, déplorent les résidants.

«Nous sommes oubliés. L’avenue est oubliée. Nous n’avons pas eu d’appels, ni de retour», s’indigne Carmine Anoia.

En plus de la problématique de la vitesse, les résidants, qui sont nombreux à avoir de jeunes enfants, dénoncent l’absence d’une traverse piétonnière, à l’intersection de la 53e Avenue et la 5e Rue, où se trouve l’école primaire Michelangelo.

«Tous les matins, il faut faire un grand détour et aller faire traverser les enfants à une autre intersection pour que ce soit sécuritaire», dénonce Rosie.

Bollard mobile
En attendant que l’arrondissement décide des mesures à mettre de l’avant, les résidants ont acheté un bollard ainsi qu’un insigne jaune demandant aux automobilistes d’être prudents en raison de la présence d’enfants.

Ils installent ces balises en soirée, lorsque les enfants jouent à l’extérieur et les retirent quand les enfants rentrent à la maison.

Las de voir que rien ne change sur cette rue, une vingtaine de résidants de la 53e Avenue se sont présentés à une rencontre organisée par l’arrondissement, le 6 juillet dernier, au sujet du futur plan d’apaisement de la circulation.

Ils ont eu l’occasion de poser plusieurs questions, mais disent ne pas avoir eu de réponses satisfaisantes.

«Ils [les responsables de l’arrondissement] ne savaient pas quoi nous dire, à part que tout est à l’étude et que quelque chose sera fait au mois d’août», explique Antonio Di Stefano, qui habite aussi la 53e Avenue.

Le commandant du poste de police de quartier 45, Jean O’Malley était présent à cette rencontre et a dit être au courant du phénomène.

Analyses et mesures
L’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles dit avoir agi par le passé et analyse actuellement différents scénarios.

«Une analyse du débit de circulation, ainsi que des mesures de vitesse ont été faites, par le passé», indique Mélanie Adam, chargée de communication pour l’arrondissement.

En effet, entre le 15 et le 18 novembre 2012, la vitesse de 1352 véhicules a été captée par l’arrondissement. La vitesse moyenne enregistrée a été de 41 km/h, en direction nord, et de 38 km/h, en direction sud.

«Une remorque radar a également été installée à la mi-juin [2015], pendant trois semaines, pour sensibiliser les conducteurs au respect de la limite de vitesse, ajoute Mme Adam.

Pendant cette période, les résidants affirment avoir vu, à de maintes reprises, le radar afficher des vitesses de 50, 55 et 60 km/h.

L’arrondissement dit prendre bonne note des pistes de solutions soulevées par les citoyens lors de la rencontre du 6 juillet.

«L’arrondissement analyse actuellement plusieurs scénarios qui feraient, l’unanimité parmi les citoyens concernés [et] entend rencontrer les résidants de la 53e Avenue afin de leur présenter les scénarios envisagés», indique Mme Adam.

Le comité circulation se penchera aussi sur la question éventuellement.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!