Archives TC Media Le Jardin botanique de Montréal.

Afin de répondre à des normes internationales de plus en plus strictes, le Biodôme de Montréal se dotera bientôt d’un nouvel espace de quarantaine animale.

«Des maladies en émergence telle que la grippe aviaire (influenza H5N1), la maladie de la vache folle, et bien d’autres nécessitent la vigilance du gouvernement dans l’importation d’animaux provenant d’autres continents. Si le Biodôme doit importer des animaux venant d’Europe, d’Amérique du Sud ou d’autres pays, l’équipe doit trouver un local qui répond aux exigences gouvernementales plus élevées tout en offrant des conditions optimales d’hébergement à ces nouveaux animaux», dit Nadine Fortin, responsable des communications à l’Espace pour la vie Montréal.

Le bâtiment prévu devrait occuper une superficie de 100 m2 et se trouverait sur le terrain du Jardin botanique de Montréal, près des serres Louis-Dupire, à proximité de l’intersection du boulevard Rosemont et de la rue Viau.

Un niveau de sécurité élevé

Le nouveau bâtiment devra respecter les normes strictes élaborées par le gouvernement fédéral quand il y a importation d’animaux. La distance minimale entre ce bâtiment et le Biodôme devra être d’un kilomètre.

Pour des raisons de sécurité, les contacts entre les animaux présents dans le bâtiment seront impossibles. Tous les déchets produits à cet endroit seront conservés le temps de la quarantaine et l’équipement qui entrera dans le local, incluant les vêtements, devra lui aussi y rester jusqu’à sa levée.

Les employés qui travailleront dans les lieux ne pourront pas entrer en contact avec les animaux se trouvant dans le Biodôme durant cette période.

Auparavant, l’équipe du Biodôme empruntait des locaux dans d’autres institutions zoologiques pour procéder à la quarantaine des nouveaux animaux. Or, des frais de garde y étaient associés et ceux-ci n’étaient pas toujours disponibles quand le Biodôme en avait besoin.

De plus, des locaux temporaires ont aussi été aménagés au Biodôme, mais l’expérience n’avait pas été concluante, indique Mme Fortin.

«L’absence d’un bâtiment de quarantaine aux normes limite fortement le Biodôme d’importer des animaux provenant d’autres continents», souligne la responsable des communications.

Une étape importante

Le bâtiment de quarantaine servira exclusivement aux animaux qui se joindront aux collections du Biodôme.  Mme Fortin rappelle que la quarantaine est une étape importante afin d’assurer la santé de l’animal et d’éviter l’introduction de maladies telles des virus dans l’un ou l’autre des écosystèmes du Biodôme.

Plusieurs dizaines de transferts d’animaux avec d’autres institutions zoologiques et aquariums ont lieu chaque année au Biodôme. Lors de la réception d’un nouvel animal, une quarantaine est systématiquement instaurée pour éviter les risques sanitaires.

«Certains pays peuvent même exiger des quarantaines préexportation vers un autre zoo», ajoute Mme Fortin.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!