Archives TC Media Françoise David députée de Gouin et chef de Québec solidaire et son collègue Amir Khadir, député de Mercier.

Forte d’une importante victoire politique en juin, la députée de Gouin, Françoise David, persistera lors de la rentrée parlementaire à combattre au nom des plus démunis en s’opposant à un projet de loi du gouvernement Couillard qu’elle juge «inefficace et nuisible.»

La porte-parole pour Québec solidaire promet de combattre le projet de loi 70, qui imposerait aux nouveaux demandeurs d’aide sociale de consentir à participer à des activités d’employabilité. Ceux qui refuseraient de s’y soumettre pourraient voir leur aide financière de base de 623 $ par mois fondre de 223 $.

«C’est ignoble de penser qu’on va obliger des personnes à vivre avec seulement 400$ par mois. Nous espérons trouver un heureux compromis, mais ça ne semble pas être sur le point d’arriver. Nous sommes restés 40 heures sur le même article. Je le dis ouvertement, nous faisons de l’obstruction, et c’est la première fois en 4 ans que je fais cela, mais nous ne pouvons pas accepter ce projet de loi», insiste Mme David.

La députée de Gouin est convaincue qu’une telle mesure ne ferait qu’encourager les personnes vulnérables à se tourner vers des moyens délictueux, tels que la prostitution et les petits larcins, pour arrondir leurs fins de mois.

Logement pour aînés

Si l’adversité est chose courante pour les partis de l’opposition, Françoise David ne s’en retourne pourtant pas à l’Assemblée nationale à reculons cet automne. Cette dernière a réussi un tour de force le 10 juin en faisant adopter le projet de loi 492, qui protège le droit des aînés au logement.

Désormais, les locateurs qui voudront reprendre un logement occupé par un locataire de 65 ans et plus devront leur offrir un logement équivalent qui correspond à leurs besoins. La loi modifiant le Code civil vise à protéger les personnes vulnérables, à faible revenu ou handicapées, précise Mme David.

«Il y un problème de spéculation immobilière dans les quartiers centraux de Montréal. Des groupes de personnes achètent un immeuble en copropriété, font des travaux d’agrandissement, évincent des locataires et revendent en condos et les profits sont gigantesques. Protéger les droits des aînés, c’est une idée qui est facile à comprendre et qui est difficile à contester. C’est ainsi qu’on a réussi faire passer ce projet de loi», relate la députée de Gouin.

Vivant dans La Petite-Patrie depuis près de 30 ans, la porte-parole de Québec solidaire sait que son quartier fait face à de nombreux défis, incluant la pauvreté dont le visage est souvent caché.

«C’est près du tiers des personnes dans Gouin qui vivent avec un faible revenu. Il y a des étudiants, des artistes, des immigrants et des aînés. Il y a une diversité des revenus, mais il existe des poches de pauvreté», souligne Mme David.

Celle-ci voudrait que les familles québécoises ne quittent plus la métropole pour s’installer en banlieue, mais pas au détriment des populations plus à risque.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!