Emmnanuel Delacour/TC Media François Limoges a présenté ses engagements devant des partisans de Projet Montréal, mardi soir.

Le candidat à la direction de Projet Montréal, François Limoges, a présenté mardi ses propositions pour développer le transport collectif à Montréal.

Le conseiller de Rosemont – La Petite-Patrie et candidat dans la course à la chefferie de Projet Montréal a ainsi lancé sa campagne lors d’un tête-à-tête avec les citoyens au pub Yïsst. L’élu du district de Saint-Édouard a voulu préciser son plan «10-45».

«Il s’agit de créer une zone à l’intérieur de laquelle chaque citoyen, à partir de sa porte, est à 10 minutes d’être à bord d’un véhicule de transport collectif et au maximum à 45 minutes de sa destination finale», résume M. Limoges.

Pour se faire, celui-ci espère pouvoir compter sur la mise en place de divers moyens, incluant les modes de transport provenant du privé.

« Il faudra permettre aux véhicules en libre-service de se déployer sur toute l’île, mais aussi demander à Québec de revoir les lois sur le covoiturage commercial pour permettre à des acteurs divers de mettre sur pied des services de taxis collectifs et de taxi-bus », affirme l’élu rosemontois.

Que ce soit avec la création d’un système rapide par bus ou d’un système léger sur rail, en passant par l’allongement des lignes bleue, orange et verte du métro de Montréal, François Limoges promet, s’il est élu, un bouquet de solutions pour encourager les transports en commun.

La mise en place d’un mode de paiement universel pour tous ces modes de déplacement serait aussi envisagée par une administration sous sa gouverne.

Décentraliser pour se réapproprier la ville
Le conseiller déplore aussi le rapatriement de certains pouvoirs autrefois appartenant aux arrondissements vers l’administration centrale de la métropole, surtout en ce qui concerne l’aménagement du territoire.

«Il y a une nouvelle classe de citoyens qui veulent se réapproprier leur quartier, mais pour cela, il faut qu’ils puissent avoir un impact sur leur milieu de vie. Et cela se fait au travers des élus locaux», explique le candidat à la chefferie de Projet Montréal.

Celui-ci se désole de constater que certains aménagements qui auraient profité d’un apport des populations locales se retrouvent trop souvent entre les mains d’ingénieurs de la Ville «qui n’ont parfois même pas visité le coin.»

M. Limoges redonnerait sous son administration, un budget augmenté aux arrondissements pour l’aménagement du territoire, à condition que ceux-ci mettent sur la table des projets qui bonifient leur milieu de vie et qu’il y ait des assemblées de consultations publiques qui soient tenues.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus