Josie Desmarais Le moutons fouleront de nouveau l'herbe du parc du Pélican cet été.

Le projet d’éco-pâturage urbain Biquette à Montréal sera de retour dans Rosemont – La Petite-Patrie cet été.

L’an dernier, le concept avait piqué la curiosité des citoyens en relâchant huit moutons dans le parc Pélican pendant tout le mois de juillet.

Pour 2017, une dizaine d’agneaux et d’agnelles seront libérés dans les parcs, sous l’œil attentif de bergers. La créatrice de Biquette à Montréal, Marie-Ève Julien-Denis, annonçait jeudi 4 mai, que les bêtes seraient présentes plus longtemps pendant la saison estivale, ne précisant toutefois pas la durée de l’événement, qui reste encore à être déterminée.

Par ailleurs, des ateliers seront donnés pour en apprendre plus sur le métier de berger, qui est en émergence en milieu urbain. La formation de 20 heures sera offerte les fins de semaine.

De plus, une nouvelle bergerie, qui a bénéficié des certaines améliorations, dont l’aménagement d’un toit vert, sera installée au parc du Pélican dès la mi-juin.

Des conférenciers seront aussi invités pour débattre de l’agriculture paysanne contemporaine avec les citoyens dans le parc.

L’objectif  du projet est d’initier les Rosemontois à l’agriculture urbaine au moyen d’interactions ludiques avec les bêtes de pâturage. Les moutons broutent l’herbe, contribuant ainsi à garder le gazon du parc court tout en le fertilisant.

C’est lors de voyages en France, qu’une des créatrices de Biquette à Montréal, Marie-Ève Julien-Denis s’est liée d’amitié à d’autres agriculteurs qui lui ont fait connaître le concept, qui a déjà eu du succès à Paris, en France et à Détroit, aux États-Unis.

L’an dernier, un enclos et un petit bâtiment avaient été installés dans le parc de façon temporaire pour veiller sur les bêtes.

Les moutons résident à la ferme gastronomique de l’agricultrice Anouk Préfontaine à Mont-Laurier.

Il ne s’agit pas de la première initiative d’agriculture urbaine dans l’arrondissement. En avril, Rosemont – La Petite-Patrie avait fait connaître son intention de participer à un projet pilote de 50 poulaillers de ville sur son territoire.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!