Collaboration spéciale

Revus et corrigés, les plans de la deuxième phase du Technopôle Angus ont reçu une réponse positive de la part de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), qui apporte tout de même quelques bémols au projet. Dans un rapport publié lundi, l’organisme qualifie d’«exem­plaires» les mesures en matière de développement durable et la volonté du promoteur de favoriser la mixité sociale.

Toutefois, l’OCPM offre plusieurs recommandations à la Ville de Montréal, à l’arrondissement et à la Société de développement Angus (SDA). En premier lieu, on propose à la Ville et à la Commission scolaire de Montréal (CSDM) de convenir ensemble d’un emplacement dans l’îlot central pour un équipement communautaire attenant au parc Jean-Duceppe, lequel devrait accueillir une école pré­scolaire et primaire publique.

Sujet toxique lors des consultations précédentes, la hauteur maximale des bâtiments a longuement été débattue avec les citoyens, l’arrondissement et la SDA. Cette dernière a été forcée de retourner à la table à dessin à la suite de consultations publiques mouvementées en mai 2016 et en mars 2017, pour finalement proposer la construction de 15 bâtiments de 4 à 6 étages, pour une hauteur maximale de 20 m, au lieu d’édifices de 6 à 8 étages d’une hauteur maximale de 25 m.

L’office suggère, de son côté, de dépasser légèrement les 20 m permis par la réglementation de Rosemont–La Petite-Patrie, sans quoi la qualité des espaces intérieurs habitables risquerait d’être affectée.

Enfin, l’OCPM recommande à la Ville d’intervenir assidûment auprès de la Société de transport de Mont­réal afin d’adopter un plan d’action pour contrer les effets perturbants de la densification résidentielle et d’emploi dans le secteur. Au total, 20 recommandations ont été formulées dans le rapport de l’OCPM.

Réactions prudentes face à la décision de l’OCPM
Principale intéressée dans ce dossier, la Société de développement Angus (SDA) n’a pas souhaité commenter le rapport diffusé hier matin. «Nous ne réagirons pas aux recommandations de l’OCPM. Nous attendrons celles de la Ville de Montréal», insiste Catherine Fisette, directrice des affaires publiques et des communications pour la Société de développement Angus.

Pour sa part, le maire de Rosemont–La Petite-Patrie, François Croteau, se dit «très à l’aise» avec les résultats du travail «exemplaire» de l’OCPM, mais se défend de prendre des engagements par rapport à ses recommandations «avant d’avoir consulté tous [les] services [de l’arrondissement]». Il reconnaît toutefois que les questions de l’implantation d’une école préscolaire et primaire dans le nouveau quartier, de la desserte des transports en commun ainsi que de la circulation et du stationnement sont cruciales et qu’elles seront examinées.

«Nous sommes très heureux que de nombreux citoyens aient participé aux consultations publiques sur la phase II du Technopôle Angus.» –Catherine Fisette, directrice 
des communications de la SDA

De leur côté, les membres du comité exécutif de la Ville de Montréal et le maire, Denis Coderre, se sont gardés de commenter le rapport. «Nous prenons acte du rapport et allons prendre le temps de bien analyser le contenu», a souligné Noémie Brière-Marquez, attachée de presse au cabinet du maire et du comité exécutif.

Projet

Le projet de l’îlot central du Technopôle Angus prévoit des surfaces pour des commerces et des bureaux pouvant accueillir 1 500 nouveaux travailleurs.

  • De plus, la SDA envisage la construction de près de 400 logements, dont 20% communautaires ou sociaux et 80% abordables.
  • Deux places publiques et un espace vert central sont aussi prévus, ainsi que 540 cases 
de stationnement en sous-sol.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!