Archives TC Media Le terrain autrefois industriel, serait transformé en unités de logement, dont plusieurs sont construites en pensant aux besoins des familles, assure DevMcGill.

Le futur de l’imposant terrain au coin de la rue Gilford et de la 2e avenue dans l’arrondissement Rosemont – La Petite-Patrie se dessine peu à peu. Le promoteur immobilier DevMcGill a récemment lancé en ligne son site de prévente du TAK Village, qui devrait accueillir plus de 250 unités.

S’inspirant d’un «design nordique» et voulant offrir une certaine accessibilité aux familles, le projet proposerait des condominiums, mais aussi des triplex et des maisons de villes sur l’ancien lot des usines Solotech.

Ainsi, TAK Village désire mettre sur pied des bâtiments épurés et contemporains  avec des unités allant du studio jusqu’au domicile avec quatre chambres. Le projet se déclinerait en sept phases, selon Marie-France Verret, directrice du projet chez DevMcGill.

Les prix des unités ne sont toutefois pas encore connus.

En plus d’avoir près de 20 % de logements abordables, le promoteur céderait à l’Arrondissement de Rosemont – La Petite-Patrie un espace au sud-ouest du projet pour qu’il puisse y construire 59 logements sociaux et communautaires. Aussi, 10 % du terrain serait repris pour créer un lieu vert public sous la forme d’un parc linéaire.

Enfin, la 2e Avenue devrait être prolongée jusqu’au boulevard Saint-Joseph part DevMcGill, informe Mme Verret, afin d’améliorer l’accessibilité au secteur.

Consultations publiques et privées
Si bien des détails restent encore au conditionnel, c’est que DevMcGill attend toujours l’aval de l’Arrondissement avant de lancer la vente officielle de ses unités.

Après une consultation publique le 30 août dernier, un citoyen a demandé la tenue d’un registre à l’Arrondissement, à la grande surprise du promoteur immobilier.

«Lors de la consultation, tout semblait bien se dérouler. Il n’y a pas eu de désaccord majeur qui s’est fait connaître. C’est pour cela que nous voulons aller à rencontre des citoyens, afin d’entendre leurs préoccupations, car pour l’instant on ne comprend pas leurs objections. Les rencontres pourraient se faire sous la forme de tables rondes», dit Mme Verret.

La demande de registre pourrait poser problème au promoteur, car elle ouvre la porte à un référendum sur le projet, si de nombreux résidents manifestent leur intérêt en ce sens, ce qui pourrait forcer les architectes à retourner à leur table à dessin.

Toutefois, si le projet passe en troisième lecture au conseil d’arrondissement et que tout se déroule selon les espérances de DevMcGill, les premières ventes auraient lieu à la fin du printemps 2018. Mme Verret assure qu’on souhaite poser la dernière brique aux alentours de six ans après le début de la construction des premières unités.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!