Emmanuel Delacour/TC Media Les travaux au parc de l'Ukraine devait se terminer en octobre dernier.

Des travaux dont la durée n’aurait pas dû dépasser 115 jours auront presque pris une année au parc de l’Ukraine, dans Rosemont.

Près de six mois après la date prévue de la réouverture du parc, les barrières empêchent toujours l’accès aux lieux.

Pourtant le remplacement de la pataugeoire par des aires de jeux d’eau, la rénovation des modules pour enfants et l’installation d’une aire de pétanque ne devaient s’étendre pas plus loin qu’en octobre 2017.

«Il y a eu de deux à trois semaines de retard avec l’entrepreneur qui rénovait le chalet à l’automne. Les travaux concernent les planchers et les installations sanitaires», affirme France Lebrun, chargée de communications pour l’Arrondissement.

Cette dernière confirme que les travaux qui restent à faire sont mineurs et qu’ils ne devraient pas durer plus que deux semaines environ.

Toutefois, le chantier ne pourra pas être finalisé tout de suite «à cause de la température trop froide et du sol gelé», souligne Mme Lebrun.

Le nouvel échéancier porte la conclusion des rénovations d’ici à la fin mai ou au début de juin.

Pour certains citoyens vivant dans le secteur, l’attente a été longue. Une affiche installée sur le grillage bloquant l’entrée du parc indique que «la piscine [est] ouverte durant les travaux». Or, il n’en est rien.

«La pataugeoire n’a jamais été accessible durant l’été dernier ni le reste du parc d’ailleurs. On trouve ça dommage, car c’est un peu comme notre cour, puisqu’on réside à l’étage et que les enfants n’ont pas vraiment d’autre endroit pour s’amuser», souligne Sophie Doucet, une mère résidant à proximité du parc de l’Ukraine.

Celle-ci se réjouit tout de même du fait que les installations soient remises à neuf, mais elle se questionne sur certains des choix qui ont été faits.

«Il y a plusieurs allées qui ont été refaites en asphalte, plutôt qu’en gravier, comme cela a été fait au parc Molson. Je crois que cela aurait été plus joli et combattrait mieux les îlots de chaleur», insiste Mme Doucet.

La dépense totale du chantier est de 1 229 111$, dont 256 808$ est financé par le Programme Aquatique Montréal.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!