D’ici six à 10 ans, la totalité des frênes de Rosemont – La Petite-Patrie pourraient disparaitre en raison de la présence d’un insecte parasite, l’agrile du frêne, affirme le maire de l’arrondissement, François W. Croteau

Un foyer de contamination a récemment été détecté au parc Maisonneuve, plus particulièrement dans sa portion nord-est.

Rosemont – La Petite-Patrie est le territoire montréalais où la présence du frêne est la plus importante. Ce feuillu constitue 35 % des arbres de l’arrondissement.

« On a environ 8000 frênes sur le domaine public et au parc Maisonneuve. Ça n’inclut par les arbres des autres petits parcs. Dans le parc Maisonneuve seulement, on compte environ 700 arbres, dont 10 % de frênes. On a répertorié une vingtaine de spécimens infectés qui seront abattus cet hiver, pendant que l’insecte est en dormance et que les risques de propagation sont moins importants », indique-t-on du côté de l’arrondissement.

Si l’épidémie se propage, cela pourrait avoir des répercussions dramatiques, tant d’un point de vue environnemental qu’économique, fait valoir M. Croteau.

« Ça aura un impact sur la lutte aux îlots de chaleur, mais aussi sur la valeur des résidences et la valeur environnementale de l’arrondissement. Quand on regarde la carte, c’est épeurant de voir comment certaines rues risquent de se retrouver sans arbres d’ici les prochaines années. Nous allons tout mettre en œuvre avec la Ville-centre pour avoir un plan d’action afin de résoudre le problème », assure-t-il.

Parmi les solutions envisagées, il y a la plantation d’autres essences d’arbres pour remplacer ceux qui, malades, devront être abattus. M. Croteau a laissé savoir que sa formation politique, Projet Montréal, a demandé « qu’un fonds de 10 M$ soit mis en place, dès cette année, pour ralentir la propagation, acheter des arbres et les planter afin qu’ils commencent déjà à pousser ».

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!