Sophie-Geneviève Labelle entend défendre la question identitaire en portant les couleurs d’Option nationale dans la circonscription de Rosemont, lors des prochaines élections provinciales. Quand il s’agit d’identité, la candidate transgenre de 25 ans sait de quoi elle parle : toute sa vie, elle s’est battue pour affirmer qui elle était réellement.

Mme Labelle a été choisie au terme d’un processus d’investiture, tenu le 2 novembre. Militante engagée au sein d’Option nationale – elle occupe le poste de présidente du comité exécutif de la circonscription depuis 2012 –, elle entrevoit son saut en politique comme la suite logique des choses.

Transgenre en politique

Dans le communiqué annonçant sa candidature, l’identité sexuelle de la Rosemontoise est mise de l’avant.

« Je crois que les citoyens sont rendus là et que la venue d’une candidate transgenre en politique n’est plus un facteur discriminant », peut-on lire dans le document.

Questionnée à savoir pourquoi elle met l’accent sur cet aspect, Mme Labelle répond que c’est pour donner de la visibilité à la cause transgenre.

« Je suis la première à convoiter un poste de députée provinciale. C’est important pour la communauté trans, qui ne se sent pas vraiment représentée au sein de la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre (LGBT). Elle en est souvent exclue », estime la principale intéressée.

Selon elle, son parcours de vie lui a permis de développer des aptitudes qui lui serviront en politique.

« Mon regard sur la société est très différent. Je crois que j’ai tendance à relativiser davantage les rapports entre les humains. Je ne prend rien pour acquis lorsqu’il est question d’identité. C’est pourquoi la plateforme d’Option nationale me touche.

« La transition est un processus très ardu. Ça m’a apporté beaucoup de persévérance. Ça prend pas mal de conviction pour convaincre les médecins que [le sexe qui nous a été attribué à la naissance n’est pas le bon]. Il faut être capable de mettre son poing sur la table pour faire valoir son point », affirme l’étudiante à l’Université du Québec à Montréal en enseignement préscolaire et primaire.

Une communauté de plus en plus visible

La candidature de Mme Labelle survient quelques semaines après que Bibiane Bovet, transgenre, ait brigué un poste de conseillère dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, dans le cadre de la campagne électorale municipale. S’agit-il d’un hasard ou souhaite-t-elle profiter du momentum pour bénéficier d’une visibilité accrue?

« Ça n’a eu aucune influence sur ma décision; c’est vraiment le fruit de mon engagement. C’est une décision qui a été prise il y a longtemps, bien avant que je connaisse l’existence de la candidate du Plateau », soutient Mme Labelle.

Cependant, elle se dit agréablement surprise du traitement médiatique qui a entouré la candidature de Mme Bovet.

« Même si elle a assombri le portrait de la campagne, j’ai trouvé que la manière dont elle a été représentée dans les médias a été positive, dans la mesure où on a parlé de son passé d’escorte et ses démêlés avec l’Autorité des marchés financiers, sans s’attarder au fait qu’elle était transgenre », conclut-elle.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!