Société d'histoire Rosemont - La Petite-Patrie Est-ce que l'histoire de Rosemont intéresse les jeunes et, surtout, les écoles ? Le président de la SHRPP se le demande.
Au cours des derniers mois, le président de la Société d’histoire de Rosemont – La Petite-Patrie (SHRPP), Michel Di Bernardo, a invité une douzaine d’écoles primaires et secondaires de l’arrondissement à utiliser les services de l’organisme. Une seule a répondu à sa demande.

« Je ne sais pas trop quoi faire; on passe des heures à prendre contact, de toutes les façons possibles, avec les responsables des différentes écoles du quartier. On veut s’inclure dans une offre de services historiques, inciter les plus jeunes à prendre connaissance de leur histoire et de celle de leur environnement. Et on reçoit une seule réponse. C’est difficile », dit M. Di Bernardo.

Au cours des derniers mois, le centre Marius-Barbeau, en collaboration avec la SHRPP, présentait l’exposition historique « Masques, cotillons et envoûtement ». Elle visait à présenter des pièces significatives de la collection du centre et à faire découvrir l’apport particulier des différentes communautés culturelles au patrimoine montréalais à travers la danse et le folklore.

« Du mois d’avril au mois de juin, puis en septembre, on a approché les écoles pour connaitre leur intérêt à y venir. Dans notre quartier, seulement l’école de Sainte-Bibiane s’est présentée. Ça nous a extrêmement déçus. On se demande quel est notre rôle auprès des jeunes et quelle place l’école donne à l’enseignement de l’histoire. »

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!