Un commerce sur deux n’est pas accessible aux gens à mobilité réduite (fauteuil roulant) sur la Promenade Masson. Le Regroupement des activistes pour l’inclusion sociale au Québec (RAPLIQ) veut rencontrer la famille Shiller, propriétaire du tiers des immeubles de l’endroit, pour changer cette donne.

Advenant un refus de les rencontrer, le RAPLIQ pourrait porter plainte devant la Commission des droits de la personne et de la jeunesse et même poursuivre la célèbre famille de même que les commerçants fautifs.

« On en a assez. Il est temps qu’il se passe quelque chose. Les politiciens de l’arrondissement disent qu’ils ne peuvent pas vraiment intervenir, les commerçants disent qu’ils ne sont pas propriétaires… Ce ne sont plus des excuses que l’on veut, c’est un changement pour assurer une accessibilité à tous. C’est un droit que l’on revendique et que l’on défendra devant les tribunaux s’il le faut », explique Linda Gauthier, présidente du RAPLIQ.

Celle-ci indique qu’une demande de rencontre sera envoyée à la famille Shiller dans les prochains jours et qu’advenant un refus ou une absence de réponse dans les 10 jours suivant la réception de la demande, des plaintes et poursuites pourraient alors être déposées.

Du côté de l’arrondissement Rosemont – La Petite-Patrie, on indique ne pas vouloir commenter une situation « entre un groupe de pression et un propriétaire privé. »

« Ce n’est pas notre mandat, dit le maire François W. Croteau. Nous pouvons intervenir sur le domaine public, s’assurer que les droits de tous les citoyens soient respectés, mais on a des limites dans l’exécution des travaux et les outils réglementaires pour intervenir auprès des propriétaires et commerçants. Il faut cependant convenir et se rendre compte qu’on a aussi fait des gains incroyables dans les dernières années et que l’on tend vers une accessibilité universelle. On va un jour y parvenir. »

Au moment d’écrire ces lignes, aucun représentant de la famille Shiller ne nous avait rappelés.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!