(Photo : Pacophoto.ca) Les jeunes cadets ont affronté les policiers du SPVM lors d’un match de soccer amical.

Pendant toute une fin de semaine, l’école secondaire Édouard-Montpetit a été prise d’assaut par plusieurs centaines de cadets de la marine, de l’armée et de l’aviation. N’aryez crainte, l’école n’était pas attaquée par des forces ennemies du Canada ou du Québec, elle recevait plutôt les quatrièmes Jeux des cadets de Montréal.

Plus de 500 jeunes âgés de 12 à 19 ans se sont réunis dans l’établissement scolaire pour déterminer les meilleures équipes de basketball, de hockey, de soccer, etc.

« C’est un grand événement sportif. C’est même l’événement de l’année. Ce sont des affrontements amicaux, mais il y a beaucoup de passion pendant les matchs », affirme Manon Dupont, lieutenante de vaisseau.

« Notre objectif, outre celui de former des jeunes à devenir de bons citoyens en bonne forme physique, était de regrouper les différents corps de cadets pour fraterniser et compétitionner dans un esprit de franche camaraderie. D’ailleurs, beaucoup de jeunes qui ne participaient pas aux jeux sont venus encourager leur équipe », souligne le lieutenant de vaisseau et officier des affaires publiques, Serge Malaison.

Cette rencontre était plus qu’un événement sportif. « Il n’y avait pas seulement des matchs. Nous avons organisé une danse, une parade, des moments de détente et un espace pour les devoirs », explique M. Malaison.

En plus d’aller à l’école la fin de semaine, les cadets ont aussi passé la nuit dans l’établissement scolaire. « C’était comme une aventure. Les classes étaient divisées par unité. Les filles et les garçons étaient séparés. C’était du camping urbain », avance M. Malaison.

Contre la police

Une des grandes activités de la fin de semaine était le match entre les cadets et l’équipe compétitive de soccer du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

« Nous étions très intéressés par l’idée de Mme Dupont. C’est fantastique pour les jeunes. Nous démystifions l’image du policier avec cette activité », soutient M. Malaison.

« Je suis un peu anxieux, admettait avant le match le policier Jean-Sébastien Fleury. Cette rencontre rejoint notre mission de nous rapprocher des jeunes tout en rappelant l’importance de l’exercice physique. »

Le match regroupait un jeune des 16 corps de cadets. Les joueurs ont été choisis par leur équipe. « Cette joute est un affrontement entre la jeunesse et l’expérience. C’est l’expertise ou la vigueur qui va déterminer le résultat du match », avertissait M. Fleury.

La rencontre a été très serrée. Les cadets ont répondu à chaque point de leur adversaire. Toutefois, ni la vigueur des jeunes ni l’expertise des policiers n’ont réussi à prendre le dessus lors du match. La confrontation s’est terminée par une nulle (3-3).

En 2013

Les prochains Jeux des cadets à Montréal pourraient s’agrandir. « Nous pouvons accueillir encore plus de jeunes. Nous étions 500 cette année, nous pouvons aller jusqu’à 1000 facilement. Les commandants des autres corps de cadets de Montréal ou à l’extérieur de l’île pourraient se joindre à nous », suggère M. Malaison.

« Même les jeunes aiment ce rendez-vous. Ils ont déjà hâte à l’année prochaine », révèle-t-il.

 

Rosemont participe

Le corps de cadets Trafalar et l’escadron Rosemont ont participé aux Jeux des cadets de Montréal. Ils ont donné du fil à retordre à leur adversaire dans plusieurs disciplines sportives. Toutefois, ils n’ont pas réussi à monter sur une des marches du podium.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus