Près d’une centaine de personnes ont pris part à une marche de casseroles dans les rues de Rivière-des-Prairies le lundi 28 mai. (Photo : Patrick Deschamps)
Le retour probable dans les prochains jours des manifestations de casseroles et étudiantes ont poussé les policiers du Poste de quartier (PDQ) 35 et 44 à créer un document explicatif. Disponible bientôt sur leur microsite (www.spvm.qc.ca/fr/pdq35), on y apprend ce qui sera toléré lors des manifestations à venir… si manifestations il y a!

Dans les prochains jours, les étudiants du Collège de Rosemont, là où étudie notamment la présidente de la Fédération des étudiants collégiaux du Québec (FECQ) Éliane Laberge, décideront s’ils retournent en classe, ou non. Cette décision aura un impact sur les manifestations déclenchées dans l’arrondissement, laisse savoir la commandant du PDQ 35, Julie Santerre, tout en indiquant que les policiers seront prêts à intervenir advenant des débordements.

« Beaucoup de gens ont manifesté au cours des derniers mois, dit elle. Il y a eu un grand mouvement dans Rosemont – La Petite-Patrie, celui des casseroles. Cela à amené des familles complètes à sortir dans les rues. Pour une question de sécurité, et avant que ça ne recommence, on a conçu un document explicatif à l’intention de la population, pour informer les gens de ce qui sera accepté et des actions de nos effectifs lors des manifestations. »

Dans le document en question, que nous avons pu consulter avant sa publication sur le microsite, on peut notamment y lire que « Le SPVM respecte le droit fondamental des citoyens de manifester, mais ce droit (…) doit s’exercer selon les lois et règlements qui prévalent », que « sur déclaration d’une manifestation illégale » les gens doivent quitter les lieux pacifiquement et que si « les manifestants ne répondent pas à l’avis verbal donné, le SPVM passera au niveau supérieur dans la gradation de l’intervention. »

Pour la commandante du PDQ 35, « il faut que les gens réalisent à quel moment ils doivent quitter une manifestation. Dans le quartier, on a souvent l’impression que c’est festif, que ça se fait dans la bonne humeur. Il faut tout de même faire attention et savoir qu’il y a des limites, des lois, des règlements, à ne pas franchir. C’est pour cela qu’on a fait ce document. Pour informer avant la rentrée des classes. »

À la FECQ, on souligne qu’un tel document « peut être intéressant à consulter pour la population, mais que s’il est basé sur la loi 78, une loi que l’on conteste parce qu’elle brime les libertés de manifestation, il limite les champs d’actions des policiers et de la population et n’a donc plus son utilité », laisse entendre la présidente, Éliane Laberge.

Nouvelle brigade d’intervention

On apprend également dans le document qu’une « nouvelle » brigade policière pourra intervenir dans les prochaines semaines : la brigade urbaine.

Créée en 2009 pour soutenir les événements festifs et les campagnes de prévention, voilà que son rôle changera et qu’il sera possible pour ces membres d’offrir un soutien aux effectifs (policiers) lors des manifestations. En fonction depuis le 9 juillet, la brigade urbaine est composée d’agents et de patrouilleurs à vélo. On reconnait cette brigade par un uniforme bleu foncé avec un écusson turquoise.

– Le document « Manifestation » sera bientôt en ligne sur le site du PDQ 35 : www.spvm.qc.ca/fr/pdq35

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!