(Photo:gracieuseté) (Photo:gracieuseté)

Voici une autre petite merveille tirée du livre de base de Pol Martin. C’est une recette qu’on a découverte avec les copains à la fin des années 1980 et que je fais toujours avec joie depuis. Tellement, que je croyais vous l’avoir déjà présentée, et à ma grande surprise, ben non!

L’anchois ajoute une note salée et des saveurs subtiles à la viande grillée. Testé souvent comme je le disais et je peux vous dire que beaucoup de personnes qui n’aiment pas les anchois ont beaucoup aimé cette recette…

Recette pour 4 personnes

Temps à prévoir : 20 minutes

Source : Le grand livre de la cuisine de Pol Martin! 1987! Wow, Amazon.ca vend des copies usagées de ce livre à 100$!

– Quatre filets mignons coupés à une épaisseur pas possible (j’aime bien qu’ils soient pas loin de deux pouces d’épais…)

– À peu près 60-70g de beurre mou

– Une boite de filets d’anchois, égouttés, tranchés (vous pouvez aussi les piler si vous n’aimez pas les morceaux d’anchois)

– Ciboulette au goût, ou de fines échalotes vertes font aussi l’affaire. Trancher fin!

– Une ou deux cuillères à soupe de jus de citron frais

– Poivre du moulin

Faire le beurre en mélangeant tous les ingrédients sauf les steaks. Mettre dans un papier cello et rouler en petite buchette d’un pouce et mettre au frigo pour solidifier le beurre.

Faire cuire le steak : bien saisir les bêtes de chaque côté (si vous avez une poêle avec des lignes comme une grille de BBQ, vous avez des points bonus), puis transférer sur une plaque et terminer la cuisson au four à 400°F pour les réchauffer à cœur (environ 10 minutes pour des steaks de 2 pouces d’épais). La température interne devrait être de l’ordre de 135-140°F pour un steak médium saignant.

Quand il reste environ cinq minutes, ajouter une tranche de beurre sur chaque steak (votre buchette de beurre coupée en 4-5 tranches).

On peut aussi faire griller des tomates dans la même poêle que les steaks et aussi leur ajouter une pastille de beurre aux anchois…

On a pris un petit flacon pas mal intéressant pour aller avec ça, un Château Lynch-Bages 1994 (Bordeaux, Pauillac). Odeurs de vieux cuir typiquement vieux Bordeaux. Contours pas très orangés, le vin tient bien la route. Tout à fait exquis et encore bien jeune malgré son 15 ans +! Peut attendre encore un peu.

***

Pendant ce temps, on est allé voir la pièce de théâtre « Le boss est mort » au Théâtre Hector-Chialant à l’Assomption samedi dernier.

L’idée de création était de reprendre des monologues d’Yvon Deschamps et d’en faire une longue pièce de théâtre. La combinaison Deschamps-Brière était populaire, car c’est à guichets fermés pas mal partout.

C’est donc joué par une seule personne, Benoit Brière, qui fait une très bonne performance.

Mais … on n’a pas trop aimé ça. Alors qu’Yvon Deschamps était cynique et parfois un peu baveux (et on l’aimait comme ça), Benoit Brière joue le personnage du gars de la shop (celui du monologue les « Unions, qu’ossa donne? ». Ce personnage de « travailleur qui aime don son bon boss » est développé pendant deux heures et il est le narrateur des monologues de Deschamps. Tout ça est ficelé ensemble avec une histoire qui se tient assez. Dans la première heure, on a « les unions qu’ossa donne », « pépère » et « le câble ».

Mais ce personnage du gars de la shop est un peu nono, looser, pauvre type, alors c’est un peu déprimant à la longue.

J’admire pourtant le geste courageux qui est fait en proposant une autre relecture de ces monologues, mais c’est un peu long par bout, et souvent déprimant (surtout quand la musique part, un petit piano mélancolique, un effet sonore trop souvent utilisé et qui finit par tapper sur les nerfs).

La deuxième partie est plus rigolote que la première, mais il y a une fin un peu bizarre, qui rend notre narrateur encore plus pathétique. Je crois qu’on aurait pu trouver mieux?

C’est bon, mais ça manquait de quelque chose … Quelqu’un d’autre l’a vu?

Pour des photos de ces recettes, et autres recettes et propos impertinents, visitez aussi mon blogue à http://anecdotesdecuisine.blogspot.com/

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!