pacophoto.ca Le parc Pierre-Tisseyre n’est pas zoné « parc »; la Ville de Montréal, qui en est toujours le propriétaire, pourrait le démanteler et le vendre, si elle le voulait.
C’est pour satisfaire, en partie, à une entente hors cour intervenue le 17 juin 2008 que la Ville de Montréal a vendu de gré à gré le terrain « vert » situé au coin des rues Jeanne-D’Arc et Laurier, à la compagnie 9104-2523 Québec, appartenant à David Owen, président également du groupe Mondev, pour un montant de 580 000$. D’autres terrains « pourraient vivre une situation similaire » dans les prochaines années, laisse savoir la Direction stratégies et transactions immobilières de la Ville de Montréal.

Au début des années 2000, le promoteur David Owen voulait construire des condos sur pilotis surplombant des terrains appartenant à Stationnement de Montréal. L’arrondissement du Plateau – Mont-Royal s’y opposait et une entente a finalement été conclue en juin 2008 entre la Ville et le Groupe D3, appartenant à M. Owen, pour trouver des terrains vacants appartenant à la Ville de Montréal et où celui-ci pourrait construire un total de 100 condos.

Le terrain au coin de Jeanne-D’Arc et Laurier se veut être une indemnité partielle à cette entente, alors que 16 condos y seront construits. À la Ville-centre, on affirme que la transaction s’est effectuée au prix du marché. « Ce n’est pas une faveur que nous avons faite au promoteur; nous avons vendu un terrain, que l’arrondissement voulait voir se développer en résidentiel, pour un montant qui reflète ce que l’on voit sur le marché », souligne François Goneau, des relations médias à la Division des affaires publiques

Pour remplir ses obligations légales, d’autres terrains devront être trouvés et vendus à M. Owen d’ici le 17 juin 2015 par la Ville de Montréal.

En plus de Rosemont – La Petite-Patrie, la Ville de Montréal informe qu’elle cherchera à vendre des terrains lui appartenant situés dans les arrondissements Villeray St-Michel – Parc-Extension, Ville-Marie, le sud-ouest, le Plateau Mont-Royal, Ahuntsic ou encore Mercier – Hochelaga-Maisonneuve.

« Notre intérêt est de régulariser la situation [avec le promoteur]. Je pense qu’il serait bon pour les arrondissements concernés de faire le ménage dans leur inventaire des terrains, pour éviter des problématiques prochaines », souligne Sandy Hébert, de la DSTI.

Certains espaces verts, que l’on pourrait croire être zonés « parc », ne le sont pas et appartiennent toujours à la Ville de Montréal. C’est le cas notamment du terrain situé au coin des rues Charlemagne et Laurier et où l’on retrouve, justement, le parc Pierre-Tisseyre, zoné résidentiel. Actuellement, rien n’empêcherait la Ville de Montréal de reprendre l’endroit et de le vendre pour y développer des condos ou pour répondre à l’entente hors cour conclue avec le Groupe 3D de M. Owen, qui possède aussi Mondev.

Pour éviter son démantèlement et sa vente, l’arrondissement Rosemont – La Petite-Patrie a procédé, lors de la séance du conseil du 7 mai, à une demande de changement de zonage pour en faire un parc, au sens légal. Maintenant au fait de la problématique, RPP devra procéder rapidement à un inventaire de tous les espaces verts et lieux publics de son territoire pour ainsi éviter leur vente par la Ville.

 

Pour en savoir plus sur la vente d’un terrain « espace vert » présent au coin des rues Jeanne-D’Arc et Laurier

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!