Le Projet Refuge – maison Haidar voit son budget coupé de plusieurs milliers de dollars. Cela remet en cause l’existence même de cet endroit qui vient en aide aux hommes réfugiés.

Situé dans Rosemont depuis plus de deux ans maintenant, la grande maison accueille annuellement des dizaines d’hommes en provenance de pays où il y a des conflits.

Sylvain Thibault, responsable de l’endroit, souligne que même si la mission de son organisme est reconnue de tous, cela n’a pas empêché des coupes majeures dans ses subventions gouvernementales.

« On est connu partout au Canada et on sait que nous jouons un rôle majeur auprès des réfugiés qui arrivent à Montréal. Mais notre budget vient d’être coupé de près de 90 000$. C’est le tiers de nos revenus annuels nécessaires pour faire fonctionner la maison. En plus, ça vient amputer de 40% notre temps d’intervention auprès de nos résidents, puisqu’on doit consacrer un grand nombre d’heures dans la recherche de nouvelles subventions. Vraiment, on ne sait pas comment on va faire l’an prochain. Si on ne trouve pas d’argent, on devrait penser à fermer », dit-il.

L’organisme avait également fait une demande auprès du ministère des Ressources Humaines et devéveloppement Canada pour une subvention couvrant les frais de location de la maison (3300 $ par mois). Cette demande a été refusée, sans explication, affirme M. Thibault.

« Selon la personne avec qui j’ai discuté par téléphone de notre dossier, notre clientèle ne répond pas aux critères du programme. Pourtant, on y répond en tout point! Je ne sais pas si c’est une décision politique, mais le fait de ne rien recevoir, même pas un plus petit montant que celui demandé, c’est insultant », laisse-t-il entendre.

Le responsable du Projet Refuge – maison Haidar y va de se triste constat : « Je pense que la cause des demandeurs d’asile et des réfugiés est l’avant-dernière cause sociale qui intéresse les gens; elle arrive tout juste après celle des corps morts non déclarés. »

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus