Pacophoto.ca Des arbres matures seront coupés dans les prochains jours pour permettre l’accès à l’entrée charretière de la future coopérative d’habitation Le Réverbère.
Des arbres matures situés sur le domaine public seront bientôt enlevés pour permettre l’accès à l’entrée charretière de la future coopérative d’habitation Le Réverbère, situé sur le terrain de l’ancienne école Marie-Victorin de l’avenue d’Orléans, entre l’avenue Mont-Royal et le boulevard Saint-Michel. Des arbres qui ne seront pas remplacés.

Au total, trois érables de Norvège posent problème. Un, pour cause de maladie, a déjà été abattu par l’arrondissement Rosemont – La Petite-Patrie au cours des derniers jours. Deux autres, en santé ceux-là, l’ont été aujourd’hui, pour satisfaire les demandes de l’entrepreneur de la coopérative d’habitation. Les érables, de 46 centimètres de diamètre chacun, se retrouvent dans l’entrée principale de la future coopérative.

« Pour procéder aux travaux, on nous a demandé de couper les arbres et de les enlever, ce que nous ferons. Les coûts de remplacement (dans ce cas-ci 1733 $ par arbre) et les frais d’abattage sont évidemment payés par l’entrepreneur des travaux », souligne le chargé de communication de Rosemont – La Petite-Patrie, Serge Fortin.

Selon la procédure en vigueur dans l’arrondissement, un entrepreneur n’est pas tenu de replanter des arbres qu’il fait enlever du domaine public. « Nous préférons nous occuper nous même de tout le processus, car nous voulons contrôler chaque étape, de l’abattage de l’arbre jusqu’à son remplacement et l’entretien au fil des années. Cependant, les frais (d’abattage et de remplacement) sont à la charge de l’entrepreneur. »

Aménagement paysager

Du côté des responsables de la future coopérative d’habitation Le Réverbère, destinée aux retraités du monde de l’éducation et aux familles du secteur, on laisse savoir qu’on aurait préféré garder les arbres matures, mais que cela était impossible.

« Évidemment, nous n’étions pas intéressés à ce qu’on abatte des arbres en santé. Mais il fallait le faire, pour dégager l’entrée charretière. Nous ne pouvons pas les remplacer, mais, comme le demande l’arrondissement, nous allons faire un aménagement paysager entre les deux bâtiments construits sur le terrain de l’ancienne école », souligne un représentant de la coopérative.

Pour lire l’article sur l’implantation de la coopérative, cliquez ici

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!