Collaboration spéciale/Cora Gheorges Isabelle Marcoux a accompagné ses jeunes à leur arrivée au Centre Claude-Robillard.

Un total de 40 jeunes membres du Centre de réadaptation Marie-Enfant du CHU Sainte-Justine, situé dans Rosemont, ont pris part aux compétitions du Défi sportif AlterGo, cette année.

«Ça prouve qu’il y a un besoin auprès de cette population-là», rappelle la physiothérapeute Isabelle Marcoux.

Les jeunes de Marie-Enfant, victimes d’handicap physique variable, participaient aux compétitions d’athlétisme, de natation et de boccia, une version de la pétanque pour personnes handicapées.

«Nous avons de tout: de la paralysie cérébrale, des amputations, des maladies neuromusculaires, explique Mme Marcoux. Les diagnostics sont différents, il faut donc adapter l’entraînement.»

Chaque représentant du Centre est membre du club d’entraînement de Sainte-Justine.

«Nous les faisons venir une fois par semaine, poursuit-elle. Nous suivons un plan standard, c’est-à-dire échauffement, renforcement, course et relaxation. À l’intérieur de ces exercices, nous adaptons les activités à l’enfant.»

Pour Isabelle Marcoux, la participation des jeunes de Marie-Enfant au Défi sportif est très spéciale, d’autant plus qu’ils étudient normalement dans des classes régulières.

«Pour tous les enfants, c’est extraordinaire, mais pour les enfants du Centre, c’est quelque chose de voir tous ces gens-là qui leur ressemblent, mentionne la physiothérapeute. Souvent, ce sont eux qui ont de la misère en éducation physique ou à la récréation. Ici, tout le monde les encourage et est fier d’eux. Ça n’a pas de prix ce que ça leur apporte.»

Antonio, le père de Carlo, 7 ans, est du même avis. «Je trouve que le Défi est une bonne chose pour les enfants, affirme-t-il. C’est sa première participation et il a été excité toute la semaine parce qu’il avait hâte de venir ici.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!