Stéphanie Maunay/TC Media De nouvelles zones de stationnement avec vignettes ont provoqué le mécontentement de certains résidents.

De nouvelles zones de vignettes de stationnement implantées depuis un mois dans La Petite-Patrie provoquent la grogne chez les résidents du secteur. Certains citoyens en faisaient la demande depuis plusieurs années, mais selon le dernier sondage réalisé dans le quartier, ils sont 70% à avoir refusé leur installation. Pour autant, l’arrondissement estime avoir trouvé «un compromis acceptable».

Environ 30%. C’est la proportion de stationnements avec vignettes ajoutés depuis la fin du mois de mai sur la rue de Lanaudière, entre les rues Bélanger et Saint-Zotique, sur la rue de La Roche, entre les rues Jean-Talon et Bélanger, et sur la rue de Normanville, entre les rues Bélanger et Saint-Zotique.

L’arrondissement a décidé d’assouplir la mécanique et d’implanter des zones réservées plus souvent.

«On a simplifié le processus. Dès qu’il y a une demande, on procède. Mais, on installe de plus petites zones», a expliqué François Limoges, conseiller du district de Saint-Édouard, au conseil d’arrondissement du mois de juin.
Ce soir-là, plusieurs citoyens sont venus se plaindre de l’instauration des nouvelles zones dans La Petite-Patrie.

«On a tous été surpris par l’imposition de vignettes qui sont tombées du ciel. Il n’y avait pas de problème de stationnement. Vous avez créé un besoin pour faire plus d’argent», a lancé aux élus, Nancy Chacar, résidente de la rue de Lanaudière.

Une décision contestée
Du 1er juillet 2014 au 17 juin 2015, les vignettes de stationnement ont rapporté 350 000$ à l’arrondissement.

Pour le maire François Croteau, l’appât du gain ne tient pas. «Actuellement, nous avons un peu plus de 4000 vignettes existantes sur les 60 000 espaces de stationnement sur rue dans l’arrondissement. Cela représente 0.8% de notre budget. Ce n’est pas avec ça que l’on fait de l’argent. Si on voulait vraiment en faire de l’argent, il y aurait 60 000 vignettes», a-t-il répondu, précisant qu’il n’existait pas de «solution magique».

Il estime que la mesure mise en place reflète la réalité des résidents avec 70% de stationnement accessible gratuitement.

56 personnes ont déposé une requête à l’arrondissement demander le retrait des vignettes. Mais, le maire a été catégorique. «C’est une décision qui a été votée et qui est irrévocable. Les panneaux ont été posés et resteront sur la rue», a-t-il laissé savoir.

Par principe, certains résidents ont refusé d’acheter une vignette. D’autres s’y sont conformés par commodité.

Pour le moment, 17 ont été vendues sur les 25 places disponibles sur la rue de Lanaudière.

Dans l’arrondissement, un peu moins de 90 demandes citoyennes sont en attente pour implanter de nouvelles zones de stationnement réservé.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!