Stéphanie Maunay/TC Media Les élus des divers paliers institutionnels de Rosemont–La Petite-Patrie soutiennent la campagne de financement.

Deux familles syriennes vivant à Montréal devraient bénéficier de la campagne de financement lancée fin septembre dans Rosemont–La Petite-Patrie. Les élus des divers paliers gouvernementaux, municipaux et scolaires du territoire, accompagnés d’organismes partenaires, ont annoncé avoir amassé 25 000$.

En un peu plus de deux mois, l’objectif de la campagne de financement a presque été atteint dans l’arrondissement.

«Je constate que depuis quelques semaines au Québec, on est dans la générosité pour faire vivre [aux réfugiés syriens] un hiver au chaud, avec la chaleur humaine et la chaleur d’une maison», s’est félicité Françoise David, députée de Gouin.

Rappelons que fin septembre, les élus, sur l’initiative de la porte-parole de Québec solidaire, avaient annoncé vouloir récolter 30 000$, d’ici le 31 décembre.

Du montant dévoilé, 20 000$ ont été récoltés par le biais de la Maisonnée, organisme d’aide aux immigrés de La Petite-Patrie, dont 5 000$ ont été versés par l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie.

Un autre montant de 5 000$ a également été amassé sur Internet grâce à la générosité d’une soixantaine de donateurs.

Chaque dollar a été remis à Action réfugiés Montréal.

Les élus arboraient un macaron vendu au profit de Rivo-Résilience, un réseau de professionnels qui offre gratuitement des services aux réfugiés ayant été victime de violence organisée. L'illustration a été réalisée par l'artiste et auteure du Vieux-Rosemont, Élise Gravel.

Les élus arboraient un macaron vendu au profit de Rivo-Résilience, un réseau de professionnels qui offre gratuitement des services aux réfugiés ayant été victime de violence organisée. L’illustration a été réalisée par l’artiste et auteure du Vieux-Rosemont, Élise Gravel.

Rapprochement familial
L’argent permettra d’épauler financièrement les dossiers de parrainage privé déposés par des Syriens vivant à Montréal et souhaitant faire venir leurs proches.

«Nous avons deux familles en tête, explique Paul Clarke, directeur général d’Action réfugiés Montréal. D’un côté, un homme qui a entrepris des démarches pour que sept membres de sa famille qui attendent en Turquie puissent s’installer ici. De l’autre, il y a une fratrie qui a deux sœurs réfugiées au Liban et dont l’un des enfants a un handicap. C’est une famille qui a fui les bombardements.»

Les élus ont rappelé l’importance d’agir rapidement. «Qui sommes-nous pour juger qu’il n’y a pas d’urgence à aider ces personnes-là? a lancé le maire de l’arrondissement, François Croteau. Il faut augmenter la cadence. Il ne faut pas tomber dans la crainte de l’autre, mais demeurer un peuple accueillant et généreux.»

«Ces gens souffrent d’une guerre injuste», a renchéri le député fédéral néo-démocrate, Alexandre Boulerice.

«Ce n’était pas leur rêve de quitter leur maison et leur ville. Ils ont été bombardés», a poursuivi Jean-François Lisée, député péquiste de Rosemont.

Mobilisation citoyenne

Tous ont signifié que la campagne de financement se poursuivait jusqu’au 31 décembre.

Si l’objectif de 30 000$ était atteint, une troisième famille pourrait être parrainée.

Par ailleurs, la Maisonnée a indiqué qu’une dizaine de citoyens de l’arrondissement avait formé un collectif ayant déjà récolté 50 000$ qui devraient, là aussi, parrainer trois familles de réfugiés syriens.

Rappelons que mardi Montréal a annoncé avoir ouvert une ligne Info-aide réfugiés (514 527-6951) pour les personnes qui souhaiteraient venir en aide ou obtenir de l’information.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!