Stéphanie Maunay/TC Media Le propriétaire n'a pas répondu aux demandes d'entrevues de TC Media.

Le propriétaire du salon de massage érotique Jasmine situé dans Rosemont n’entend pas fermer son commerce. Alors que l’arrondissement vient de lui remettre une première contravention, il contre-attaque en mettant en demeure l’administration locale.

Cette amende pourrait être la première d’une longue série pour Frédéric Archambault puisqu’il devra payer 200 $ par jour tant qu’il ne mettra pas la clé sous la porte de son commerce, assure-t-on au cabinet du maire Croteau.

Le salon de massage érotique, situé à l’angle de la 3e Avenue et de la rue de Bellechasse, aurait dû cesser ses activités dimanche dernier après avoir reçu un avis de l’arrondissement lui expliquant que ces activités contrevenaient à son certificat d’occupation.

Lundi, un inspecteur a constaté que le commerce était toujours ouvert. Un délai supplémentaire de 24 heures a été donné au propriétaire pour lui permettre de se conformer.

En réponse, M. Archambault vient de mettre en demeure l’arrondissement, a indiqué le cabinet du maire sans préciser la nature de la missive.

Contacté, le propriétaire n’a pas répondu aux demandes d’entrevue de TC Media.

Le commerce assure offrir «le meilleur massage érotique en ville» sur son site Internet réservé aux adultes de 18 ans et plus.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!