Collaboration spéciale Le projet immobilier de la Société de développement Angus envisageait de construire une quinzaine de bâtiments de six à huit étages.

La Société de développement Angus forcée de faire marche arrière dans son projet de condos évalué à 265 M$ face au mécontentement des riverains concernant la hauteur envisagée des bâtiments.

Le 25 mai dernier avait lieu une rencontre d’information entre la Société de développement Angus  (SDA) et des riverains des anciennes  «shops Angus» au niveau de l’avenue du Mont-Royal et de la rue André Laurendeau dans Rosemont.

Depuis plusieurs semaines, la SDA avait eu écho que certains résidents du quartier Angus n’étaient pas favorables au projet du technopôle Angus. Certains se sont même organisés en créant le «Comité arrêt projet Angus II».

Plus de 80 personnes, pour la plupart en colère, avaient fait le déplacement pour cette rencontre.

Face à l’opposition et pour éviter un blocage du projet lors d’un prochain référendum, Christian Yaccarini, président de la SDA, a décidé de marquer le pas.

«On doit revoir nos plans. Il va falloir trouver une solution pour faire coïncider notre vision du projet et celle des riverains qui sont pour le moment différentes».

La SDA avait fait la demande de pouvoir changer la hauteur de ses immeubles. Elle espérait passer des 22 mètres réglementaires à 25 mètres de haut. Une dérogation acceptée par le comité consultatif d’urbanisme de l’arrondissement début mai.

Un problème de hauteur

Mais la plupart des riverains présents ont dénoncé la hauteur prévue des édifices dans un quartier où les bâtiments n’excèdent pas quatre étages. C’est le cas d’un résident de la rue André Laurendeau et membre du comité qui a préféré rester anonyme.

«Cela va nuire à la qualité de vie du secteur, nous allons perdre notre vue sur le Mont-Royal. De plus, le stationnement est déjà largement insuffisant actuellement et cela risque d’empirer avec les habitants des nouveaux condos».

Autre argument, la valeur marchande des futurs condos, jugée trop faible.

«La SDA veut vendre des condos de 25 000 à 40 000$ en dessous du marché actuel. Cela aura pour effet de réduire la valeur de nos propres condos», précise ce même résident.

Selon nos informations, certains riverains craignent également de voir «n’importe qui», c’est-à-dire des classes sociales plus populaires, dans le parc Jean Duceppe. Cette dernière raison ayant toutefois reçu la désapprobation d’une large partie des autres riverains, dont le comité.

Des condos plus chers

Face à cette mobilisation, Christian Yaccarini, a décidé de retourner à la planche à dessin. Il s’est surtout montré déçu et inquiet de la tournure des évènements.

«On est sous le choc. Le projet est à retravailler entièrement. Nous avons déjà dépensé plus de 2 M$ et on doit revoir nos plans».

500 logements à «prix abordables» étaient prévus dont 100 logements sociaux.

«Nous allons revoir à la baisse la hauteur de nos bâtiments. Cela implique une réduction du nombre de condos à prix abordables. Pour compenser la baisse du nombre de logements, nous allons devoir en vendre certains plus cher» avance-t-il.

Une assemblée de consultation devait avoir lieu ce lundi 30 mai dans les bureaux de l’arrondissement. Mais face à l’opposition des riverains, la SDA a demandé, et obtenu, l’annulation de celle-ci à l’arrondissement décidant de revenir plus tard avec un projet modifié.

La prochaine étape de consultation des riverains devrait avoir lieu à l’automne.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!