Emmanuel Delacour Dr Lamber Busque médecin en chef du C3i, Kirsty Duncan, ministre fédérale des Sciences du Canada, Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Yvan Gendron, président-directeur général, CIUSSS de l'Est-de-l'Île de-Montréal et Denis Coderre, maire de Montréal.

Le gouvernement du Canada injectera 15 M$ sur cinq ans dans les travaux du Centre de commercialisation en immunothérapie du cancer (C3i).

Situé dans l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, le C3i facilitera l’accès des patients aux immunothérapies novatrices en matière de soins oncologiques et à des traitements plus efficaces et abordables.

À ceci s’ajoutent des contributions d’une valeur de 35 M$ de dollars de plus de 40 partenaires industriels ou universitaires. Le gouvernement du Québec, de son côté, a contribué à l’initiative à la hauteur de 2,5 M$.

«Le système immunitaire est d’une grande puissance. On parle ici de thérapies qui pourraient changer les règles du jeu», signale le Dr Lambert Busque, médecin en chef du C3i.

Une alternative à la chimiothérapie

Selon lui, déjà une dizaine de projets prometteurs sont en préparation. De plus, la combinaison de différentes techniques médicales a fait ses preuves selon le médecin. Le Dr Busque donne en exemple la guérison rapide et impressionnante d’un patient de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Mario Lamoureux.

Atteint il y plus de deux ans du lymphome non hodgkinien, un type de cancer lymphatique, M. Lamoureux a subi une lourde chimiothérapie, sans résultat.

«Le traitement était toujours de plus en plus fort, mais à la fin il n’avait plus d’effet», se remémore-t-il. C’est alors que son médecin lui propose un nouveau protocole à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont. Grâce à une combinaison de divers traitements suivis pendant un mois, qui seront mis de l’avant par le C3i, celui-ci est désormais en rémission complète.

«Je suis maintenant  »top-shape », s’exclame M Lamoureux. C’est un sentiment indescriptible et je suis très heureux de savoir que d’autres malades pourront maintenant bénéficier des services du nouveau centre.»

Les programmes des centres d’excellence en commercialisation et en recherche (CECR), dont fait partie le C3i, réunissent des experts de la recherche et des membres du milieu des affaires afin de faciliter le développement de produits et de technologies.

«Le CECR aide à combler le fossé entre la recherche en laboratoire et la conception d’un produit viable sur le plan commercial, rappelle la ministre fédérale des Sciences, Kirsty Duncan. Ce programme investit 30 millions de dollars par année dans l’innovation canadienne.»

Aussi dans Actualités :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!