Johanna Pellus/TC Media Une quinzaine de Laurentiens profiteront du Forum social mondial pour sensibiliser les participants aux questions d'intégration.

À l’occasion du Forum social mondial (FSM), qui se tient à Montréal cette semaine, un comité initié par le CARI St-Laurent présente les défis de l’intégration pour les nouveaux arrivants à travers un théâtre-forum. Ils seront sur scène le 11 août au FSM, invitant leurs spectateurs à devenir acteurs de changement.

Dans la pièce, une candidate, récemment arrivée au Canada, fait face à un employeur et un responsable des ressources humaines. Elle tente de formuler les bons arguments pour faire valoir ses compétences, mais se heurte à une certaine discrimination.

Lors d’une de leurs dernières répétitions, c’est un membre du comité qui est monté sur scène pour prendre la place de l’actrice et tenter de trouver des solutions à cette situation. Le 11 août, il se pourrait que ce soit un simple spectateur.

Le théâtre-forum, ou théâtre de l’opprimé, est une fable d’une quinzaine de minutes qui finit souvent de manière catastrophique. Après la première représentation, la pièce est rejouée et les spectateurs sont invités à monter sur scène pour changer le fil des événements.

«Tout le monde est à la fois acteur et observateur, explique l’agente de mobilisation du CARI St-Laurent, Sophie Letendre. Avec le théâtre-forum, on peut changer les choses ou prendre la parole dans des situations d’injustice ou de discrimination.»

Emploi
Après avoir testé plusieurs scènes, le comité d’une quinzaine de personnes a retenu le thème de l’emploi des personnes immigrantes.

«Quand on arrive ici pour commencer à travailler, on vous demande pratiquement d’oublier toute votre expérience que vous avez acquise dans votre pays et il faut peut-être aussi recommencer à zéro», rapporte Nadia Kapinga, arrivée de République démocratique du Congo en janvier et actrice dans le théâtre-forum.

«C’est un peu différent pour moi, car je suis pharmacien, donc ce n’est pas seulement trouver un travail, mais c’est faire les équivalences et améliorer le niveau de français», raconte Ahmed Elzoghbi, qui au Canada depuis quatre semaines.

M. Elzoghbi, qui a été formateur en théâtre-forum en Égypte et au Danemark, estime que ce moyen d’expression permet de «trouver des solutions par le public».

Pour eux, il s’agit d’une occasion de partager leurs idées et leurs expériences ainsi que faire entendre leurs voix.

«C’est aussi une bonne opportunité pour moi, en tant que journaliste, de parler de cette rencontre à tous ceux qui n’ont pas l’occasion de prendre part à ce grand forum», ajoute Mme Kapinga, qui partagera son expérience sur le blogue du CARI St-Laurent.

L’organisme espère mobiliser les Laurentiens à l’occasion du FSM et qu’ils tissent des liens avec les gens du monde entier qui seront présents à l’événement.

«Mes attentes sont qu’il puisse y avoir une solidarité internationale, que l’immigration du sud vers le nord puisse être perçue comme celle du nord vers le sud, qu’il puisse y avoir une justice internationale», conclut Mme Kapinga.

«Le défi de l’intégration dans un contexte post-migratoire. Diversité des enjeux et expériences plurielles», le jeudi 11 août, de 9h à 11h30, au local 462 du Cégep du Vieux-Montréal. Infos : fsm2016.org

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!