Plusieurs résidents du quartier du Nouveau Saint-Laurent sont excédés par les travaux du parc Raymond-Lagacé. Une butte de terre, qui s’est dressée à quelques mètres de la clôture de leurs cours arrière, compromettrait non seulement la vue et la valeur de leurs maisons, mais aussi la sécurité et la stabilité du terrain.

«J’ai acheté en 2010, car je savais qu’il y aurait le parc et une vue dégagée, raconte un résident de la rue Vittorio-Fiorucci, Rachid Elaimani. On m’a donné des croquis et on m’a vendu le terrain pour construire une maison neuve.»

Aujourd’hui, il s’inquiète de perdre sa tranquillité. Selon ce qu’il a appris, cette butte serait définitive, mais les informations fournies par l’arrondissement sont contradictoires. Les plans auxquels il a eu accès montrent effectivement un talus, qui s’étend le long de la rue des Outardes et se termine derrière sa maison, a pu vérifier TC Media.

«Même le promoteur immobilier ne peut rien faire, constate-t-il. La Ville dit que ce n’est pas fini, mais l’entrepreneur dit que si.»

Inondation
L’arrondissement se veut rassurant, car les travaux sont au stade du nivellement et de l’installation des conduites de drainage.

«Le profil final ne prévoit pas de butte parallèle à la rue Vittorio-Fiorucci», explique la chargée de communications, Josée Boudreau.

M. Elaimani craint que le ruissellement de l’eau de pluie ou de la fonte des neiges puisse inonder les arrière-cours.

«Il y aura une dépression de prévue le long de ces terrains. Cette dépression interceptera l’eau de ruissellement et la dirigera vers la rue Jean-Gascon», précise Mme Boudreau.

Aucun plan n’a pu être consulté auprès de l’arrondissement, le profil du parc étant à l’étude.

Plainte
M. Elaimani, avec l’appui de trois autres voisins, a envoyé une plainte à l’ingénieur responsable des travaux, Claude La Rue, ainsi qu’au conseiller Francesco Miele pour retrouver sa vue.

«Il ne peut pas spéculer sur un problème de ruissellement, alors que notre aménagement n’est même pas terminé», souligne M. Miele.

Des arbres formant un écran végétalisé sont prévus le long de la rue des Outardes. Aucun aménagement pour des glissades par exemple, comme au parc Philippe-Laheurte, n’avait été planifié.

M. Elaimani dit vouloir réagir vite afin d’éviter des coûts additionnels à la Ville considérant que le projet est déjà en cours.

L’entreprise responsable de l’aménagement du parc, Groupe Vespo, n’a pas souhaité commenter l’affaire, expliquant que son rôle se limite à exécuter les travaux selon les plans et devis fournis.

Le contrat a été accordé le mois dernier pour un montant de 1,3 M$.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus