La question des femmes autochtones était à l’honneur au Centre des femmes de Saint-Laurent à l’occasion de la Journée internationale des femmes, le 8 mars. L’organisme accueillait alors Lorraine Loranger, qui effectue une marche de 8 000 km à travers le pays pour sensibiliser les Canadiens à la réalité inuite.

«C’est la suite de notre projet de manifeste de l’année dernière, où il y avait un volet sur les autochtones», précise l’organisatrice communautaire, Corinne Gros.

Mme Loranger avait accompagné le centre dans le dépôt de ce manifeste pour le maintien et le financement des services publics ainsi que des programmes sociaux.
La marcheuse a raconté à la vingtaine de femmes présentes ses rencontres «avec les humains» en général et les Premières nations en particulier. Elle souhaite amasser des fonds pour construire un refuge pour les femmes et les enfants du Nunavik.

«Il y a un grave problème de surpopulation des maisons, explique Mme Gros. Si on observe une volonté politique de changer les choses, les femmes autochtones attendent encore des réponses.»

Elle faisait notamment référence à celles de Val-d’Or qui ont dénoncé les abus sexuels de policiers de la Sûreté du Québec.

Le Centre des femmes proposera d’autres rencontres dans le cadre des mardis conférences, notamment sur les préjugés et le racisme, ainsi que des ateliers et des projections de films.

Informations: www.cfstl.org et 514 744-3513.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!