Isabelle Bergeron/TC Media La bibliothèque du Boisé, l'éco-campus Hubert-Reeves, la préservation du quartier Norvick figurent parmi les réalisations d'Alan DeSousa en matière d'architecture.

Le travail en développement durable et design d’Alan DeSousa a été reconnu par l’Institut royal d’architecture du Canada (IRAC). Le maire de Saint-Laurent recevra le Prix du défenseur ou bienfaiteur de l’architecture 2017 pour sa créativité et son efficacité dans l’exercice de ses fonctions.

«Il plaide en faveur de la qualité du design urbain au Québec, en appui à une vision du modernisme et à la conservation du patrimoine», a déclaré le jury.

Composé de la conservatrice aux Archives d’architecture canadienne de l’Université de Calgary, Linda Fraser, ainsi que des architectes montréalais Claude Hamelin Lalonde et vancouvérois Sean Ruthen, le jury a qualifié les actions de M. DeSousa comme «réel plaidoyer qui a mené à la transformation de la collectivité».

M. DeSousa a joué un rôle de chef de file dans l’élaboration et l’adoption de documents au comité exécutif établissant le design comme une priorité municipale. Montréal avait été désignée dans la foulée Ville UNESCO de design, en 2006.

Trois ans plus tard, il a déposé une politique qui établit la certification LEED Or comme norme minimale pour les nouveaux bâtiments de la Ville.

Parmi les autres projets qui ont retenu l’attention de l’IRAC, on note l’aménagement du quartier Bois-Franc, certifié LEED Argent, ainsi que la préservation du quartier Norvick (Wartime), construit pendant la Seconde Guerre mondiale. L’éco-campus Hubert-Reeves, qui sera dédié aux technologies propres, figure aussi sur la liste de ses réalisations.

«Avec l’appui de mes concitoyens, j’ai consacré beaucoup d’efforts à faire de Saint-Laurent une communauté verte et innovante où la qualité de vie est étroitement liée à la qualité architecturale du cadre bâti», a indiqué M. DeSousa à l’annonce de l’IRAC.

Enfin, le maire s’est prononcé en faveur d’une politique nationale de l’architecture au Québec.

Le prix lui sera remis lors du Festival d’architecture IRAC/OAA qui se déroulera à Ottawa, du 24 au 27 mai.

Le prix
Le prix du défenseur ou bienfaiteur de l’architecture récompense une personne qui a apporté une contribution publique à l’architecture au Canada, qu’elle soit architecte, enseignante, fonctionnaire ou autres. La candidature doit être proposée par cinq architectes reconnus.

L’architecte originaire de Westmount, Phyllis Lambert, est la seule autre Québécoise à avoir reçu ce prix, en 2005.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!