L’association culturelle arménienne Tekeyan, basée à Saint-Laurent, crée une seconde troupe de théâtre, cette fois destinée aux enfants. Après plusieurs années de succès et de nombreux prix, la metteuse en scène Nancy Issa Torosian fait découvrir les comédiens de la relève avec Hay Pem Junior.

Beaucoup de jeunes se sont montrés intéressés par le projet, si bien que Mme Torosian a dû «procéder à des auditions, sans qu’ils ne le sachent». Par des jeux théâtraux, elle a pu identifier quel personnage conviendrait à chacun des rôles de la pièce Le soldat et le diable, qui sera présentée les 21 et 26 mai, à Pierrefonds.

«La dynamique est complètement différente, ils viennent pour s’amuser. Cela peut être assez fatigant, mais il y a des difficultés qu’on n’a pas, contrairement aux adultes: ils savent leur texte par cœur», rapporte-t-elle.

De plus, des membres de la troupe d’adultes, assez expérimentés, assurent le mentorat. L’équipe compte donc 35 personnes.

Surtitré en français, le spectacle en arménien est néanmoins multiculturel. Comme pour les plus grands, Hay Pem Junior accueille des enfants récemment arrivés de Syrie et d’Irak.

«Certains viennent aussi d’Arménie, mais la langue parlée au pays est différente de celle de la diaspora. Il a fallu s’adapter pour que le texte convienne à tous», indique Mme Torosian.

Le soldat et le diable
Bien que jouée par des enfants, cette légende où un soldat revenant de la guerre est confronté au diable, source de tentation et de malheur, est avant tout pour un public d’adultes.

Il s’agit d’une adaptation de la pièce de Charles Ferdinand Ramuz, datant de 1917, dont la musique est composée par Igor Stravinsky.

«J’aimais beaucoup le texte, mais c’est pour des professionnels. J’ai convoqué une directrice musicale et créé de nouveaux personnages», précise la metteuse en scène.

En plus d’être traduite en arménien par Christine Dirtadian Kouyoumdjian, la pièce a totalement été adaptée à une nouvelle musique. Elle sera jouée sur scène par trois artistes, dont un violoniste de 12 ans, Thomas Shahbaghyan, notamment lauréat du Concours de musique du Canada.

Le texte original est écrit pour un narrateur, le soldat et le diable seulement. Dans la version d’Hay Pem Junior, une quinzaine de personnages, évoqués dans le drame de Ramuz, inspiré par un conte populaire du XVIe siècle et le récit du Russe Alexandre Afanassiev, au XIXe siècle, prennent la parole.

Le rendez-vous suivant d’Hay Pem sera une pièce d’un auteur brésilien, que Mme Torosian avait jouée au début de sa carrière, en Argentine. Pour les 30 ans de sa vie professionnelle, elle devrait remonter sur scène cet automne dans Le début du temps.

Le soldat et le diable sera présenté le dimanche 21 et le vendredi 26 mai, à 19h, au Théâtre Beaubois (4901, rue du Collège Beaubois). Billets: 514 747-6680. Plus d’infos sur Facebook.

  • L’histoire
    Sur le chemin qui le ramène chez lui pour retrouver sa mère et sa fiancée, le soldat décide de se reposer au bord d’un ruisseau et se met à jouer du violon. Le diable survient et lui propose un étrange troc: son instrument contre un livre magique qui lui permettra de devenir infiniment riche… Comment résister à la tentation de tout avoir? Le jeune homme cède, mais les conséquences seront lourdes. La richesse ne le rendra pas heureux. Il devra faire preuve d’une grande volonté, mené peut-être par la promesse de retrouver l’amour.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!