Douze jeunes Laurentiens vont apprendre de nouvelles habiletés et la gestion d’une entreprise pour peut-être trouver leur vocation. Lancée il y a trois semaines, la septième édition Coopérative Jeunesse de Services (CJS) de Saint-Laurent fait figure de tremplin pour les adolescents, pour qui il s’agit souvent d’un premier emploi.

Les coopérants sont disponibles jusqu’à la mi-août pour une vaste gamme de services, allant de la tonte de pelouse au lavage de vitres. Chaque demande est traitée comme un contrat.

En plus du comité exécutif, les jeunes sont divisés en trois équipes responsables des ressources humaines, des finances et du marketing.

«Je veux m’assurer qu’on ait des contrats et que les gens sachent qui nous sommes», indique Fabrice Kurey-du Sablon, un adolescent de 13 ans notamment responsable de la production d’affiches et de dépliants ainsi que des réseaux sociaux.

Le conseil d’administration de la CJS se tient une fois par semaine, présidé par l’étudiante de 16 ans à l’école secondaire Saint-Laurent, Esmeralda Ramirez. Les jeunes organisent aussi des activités sociales le vendredi.

«La CJS nous permet de voir ce qu’on aime dans la vie. Par exemple, ceux qui voudraient gérer une entreprise vont dans le comité finances», souligne Esmeralda, qui en est à son deuxième été au sein du programme. Elle aimerait devenir décoratrice et la coopérative lui a donné l’occasion de faire des travaux de peinture.

«C’est un trois en un: c’est une belle l’expérience qui nous permet d’apprendre de nouvelles choses et de gagner un peu d’argent», ajoute Fabrice.

Recrutement
À l’instar d’un véritable emploi, les adolescents de 12 à 17 ans ont été sélectionnés d’après leur CV et par des entrevues notamment de groupe.

«Avec des activités brise-glace, nous avons par exemple fait un nœud avec nos mains que l’on devait ensuite démêler», précise Fabrice.

Ces tests avaient pour objectif de voir comment ils travaillaient en équipe et d’identifier les leaders, selon l’un des animateurs.

«Ça permet d’avoir une première expérience de travail juste avant mes 16 ans, note Gilda Dominguez Santos, L’entrevue était aussi un bon moyen d’apprendre à contrôler mes émotions.» La coopérative lui a d’ailleurs permis d’entrer en contact avec davantage d’adolescents et d’améliorer sa communication.

La CJS a déjà effectué des contrats de jardinage et de déménagement depuis son lancement et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

Plus d’infos
514 679-9422 ou 514 606-2595
En personne au 1745, rue Décarie, à la zone jeunesse
cjsstlaurent@hotmail.com

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!