Gracieuseté Avec son répertoire d'une centaine de voix, Greg Tudeski se spécialise dans les chanteurs, et surtout les chanteuses, rarement imités ou actuels.

Imitateur et chanteur, le Laurentien Greg Tudeski possède un vaste répertoire de voix, dont près des deux tiers sont des femmes. Dans ses spectacles, où il est un «voleur de voix», il met Ginette Reno en duo avec Cœur de Pirate et passe de James Blunt à Marie Carmen. Il sera sur scène lors du festival Juste pour rire.

Le «voleur» pourra être aperçu dans le Quartier des spectacles de Montréal le 29 juillet, alors qu’une mystérieuse épidémie de pertes de voix touchera près d’une cinquantaine de chanteurs. Malgré cette introduction à saveur humoristique, il assure que son spectacle inédit sera avant tout musical.

Entouré de huit danseurs, il mettra en lumière 33 voix féminines et 15 voix masculines, dont Tina Turner, Lady Gaga et Sam Smith. Il est l’un des rares hommes à faire autant de voix des deux sexes, en français et en anglais, en plus de couvrir quatre décennies musicales.

«L’imitation est comme la magie. Il faut trouver les clefs pour que le public laisse de côté le doute et oublie que c’est un homme qui chante des voix de femmes», souligne-t-il.

Le chanteur de 39 ans, qui a grandi entre la France et la Belgique, s’est plongé dans un demi-siècle de culture québécoise pour proposer un répertoire international et local. Arrivé dans la province il y a une quinzaine d’années et résident de Saint-Laurent depuis 10 ans, il estime que son arrondissement multiculturel «mais complètement fonctionnel» est un atout dans son métier. «Ça oblige à intégrer les différences autour de soi, à les accepter et à les comprendre», indique-t-il.

M. Tudeski s’est aperçu vers l’âge de 12 ans qu’il ne faisait pas que reprendre les chansons, mais qu’il imitait les voix. «Ça a d’abord été un outil pour être populaire dans la cour d’école», se rappelle-t-il.

Faisant d’abord carrière dans les ressources humaines, il reprend la musique à son arrivée au Québec avant de se lancer dans le stand-up. Alors qu’il n’offre des imitations que lors de ses rappels, son public lui demande d’en inclure dans son spectacle. C’est pourquoi depuis 2011, il se produit comme imitateur et chanteur. L’année dernière, il a fait partie du spectacle 100% inimitable, mis en scène et animé par Joël Legendre et Véronique Claveau, pour le festival Juste pour rire.

En pratique
En plus d’un entraînement proche de celui d’un chanteur, pour conserver sa souplesse, Greg Tudeski y va par essais pour trouver quelque chose qui ressemble à la voix qu’il veut imiter. Il l’approfondit ensuite seul ou avec sa coach, qui est orthophoniste.

«Il faut ensuite réussir à la positionner sans se casser la voix et trouver un point d’équilibre», explique le ténor.

Avec le temps, il est de plus en plus facile d’intégrer de nouvelles voix à son répertoire. Il les classe par familles et les compare à celles qu’il connaît déjà pour accélérer son apprentissage. Il lui faut de trois semaines à deux mois pour stabiliser une voix.

«Certaines que j’essaie ne fonctionnent pas et d’autres débloquent avec une chanson particulière», précise-t-il.

Il travaille toujours sur Pink, par exemple, et a récemment réussi à imiter Cyndi Lauper grâce à la chanson Time After Time, alors qu’il ne réussissait pas ses autres titres.

Après son passage au festival Juste pour rire cet été, M. Tudeski aimerait préparer une tournée au Québec, voire en Europe.

Greg Tudeski – Le voleur de voix
Samedi 29 juillet à 20h30
Scène Loto-Québec, Place des festivals, Montréal
Gratuit
Infos: hahaha.com et 514 845-2322

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!