Officiellement achevée, la construction de l’usine de Green Cross Biotherapeutics (GCBT) dans le Technoparc Montréal marque le début de la production de certains produits plasmatiques en sol canadien. Plus de 400 M$ ont été investis pour l’installation de la firme sud-coréenne à Saint-Laurent.

Déjà une centaine d’employés sont à pied d’œuvre dans la compagnie de l’avenue Marie-Curie qui en comptera à terme 200. Les essais cliniques se poursuivent en vue de débuter la commercialisation en 2020.

Ces installations de biofabrication sont uniques dans le sens où elles sont les premières à pouvoir fractionner le plasma, la partie liquide du sang, pour obtenir deux produits. GCBT devient ainsi le seul producteur au pays d’immunoglobuline (IgIV) et d’albumine, des protéines ayant notamment des fonctions d’anticorps.

«L’IgIV est utilisée pour traiter les déficiences du système immunitaire ainsi qu’en neurologie, explique le directeur général, Joon Hee Han. Ce sont des patients chroniques qui ont besoin de ressources stables.»

La compagnie fournira la moitié de la demande au Canada, avec une capacité de 1 000 000 litres de plasma par an. Ce nouveau chapitre marque le début «d’une autosuffisance en dérivés du plasma au Canada», selon M. Han.

«Le plasma canadien, notamment fourni par Héma-Québec, reste au Canada, souligne le directeur des opérations, Chris Shambleau. Nous recevons également du plasma américain et fournissons les États-Unis, puis, en troisième lieu, la Chine.»

Sciences de la vie
Les perspectives qu’offre l’installation de Green Cross à Saint-Laurent ont incité le gouvernement provincial à offrir un prêt additionnel de 5 M$ à la compagnie sud-coréenne, en plus des 25 M$ initiaux.

«C’est un bel exemple d’ambition et d’audace, souligne la ministre de l’Économie, Dominique Anglade. Nous voulons faire de Montréal l’un des cinq pôles en sciences de la vie en Amérique du Nord.»

Il s’agit du plus important investissement dans le secteur depuis une décennie au pays. En plus de la production de dérivés du plasma, la bâtisse de plus de 20 000 m² est le siège social des opérations nord-américaines et européennes de la firme qui fête cette année ses 50 ans.

«94 % des Québécois sont satisfaits des soins reçus et ils sont offerts grâce à des produits, comme ceux de GCBT, à la fine pointe de la science», ajoute le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

La société biopharmaceutique a d’ores et déjà prévu une expansion. Ses locaux sont aménagés de manière à doubler la capacité de traitement, sans modifier la structure de l’édifice.

«Cette installation vient démontrer la haute qualité et le positionnement mondial de Montréal dans les sciences de la vie», indique la directrice du développement économique de la Ville, Véronique Doucet. En tant qu’ancienne directrice de l’arrondissement de Saint-Laurent, elle a suivi le dossier de près et assure qu’il créera un effet d’entraînement. «Ils sont venus pour Héma-Québec et contribueront au développement de hautes technologies et start-ups», complète-t-elle.

GCBT estime sa contribution au PIB canadien à plus de 200 M$, avec la création de 2 000 emplois dans différents secteurs, autant à l’échelle locale que nationale.



Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!