Avec une centaine de membres, les Chevaliers de Colomb sont encore bien actifs à Saint-Laurent. Ce groupe d’hommes catholiques effectue notamment du bénévolat et des activités sociales dans la communauté depuis 70 ans.

Alors que plusieurs conseils des Chevaliers de Colomb existaient dans d’autres secteurs de l’île de Montréal, le machiniste Gaudias Savard eu l’idée à l’automne 1945 de rassembler tous les membres de ces autres sections.

«Il demanda au curé d’annoncer après le sermon qu’il aurait une réunion de tous les Chevaliers de Colomb résidant à Saint-Laurent, se rappelait en 1996 Paul-André Benoit †. C’était risqué d’attendre après le sermon, car, après une quinzaine de minutes, plusieurs paroissiens dormaient et même quelques-uns ronflaient.»

Finalement, la réunion s’est bien tenue, avec une vingtaine de personnes. Il fallut néanmoins deux ans et de nombreuses rencontres pour que le Conseil Saint-Laurent 3050 vit le jour, le 30 novembre 1947.

«Le plus difficile fut de trouver les 21 membres assurés, car les salaires étaient plutôt bas et il fallait couper sur certaines nécessités et loisirs pour se permettre une assurance et une cotisation, si minime fut-elle», écrivait M. Benoit.

Ce mouvement laïc à caractère social et religieux est aussi une compagnie d’assurances. «C’est moins connu. Les bénéfices sont extraordinaires pour les membres et leurs enfants», souligne Yvon Sarrazin, secrétaire financier et ex-Grand Chevalier.

Le conseil est composé de plusieurs officiers avec, à leur tête, le Grand Chevalier. Élu chaque année, Marcel Simon assure présentement ce poste. Il y a également un Député Grand Chevalier, un vice-président en quelque sorte, ainsi que des secrétaires. Les sentinelles sont quant à eux charger de vérifier le tout.

Relève
«La moyenne d’âge est autour de 72 ans, constate M. Sarrazin. Ça prend de la relève ainsi que des connaissances, en comptabilité, par exemple.»

Les jeunes sont toutefois présents dans l’organisation de 97 membres de 26 à 100 ans, mais il n’y en a qu’une quinzaine de moins de 50 ans.

«La vie a changé, affirme M. Sarrazin. Avant, personne ne travaillait le soir ou le dimanche, la famille se tenait.»

Cependant, si l’intérêt pour la religion catholique a baissé, il remonte, selon lui, notamment avec l’arrivée d’immigrants. «Mais on découvre que les églises ne sont plus là ou ont été vendues», se désole-t-il.

Fondée au début du XVIIIe siècle, la paroisse de Saint-Laurent est l’une des plus anciennes du secteur et a donné naissance à bien des autres. Le conseil des Chevaliers de Colomb se réunit dans la salle Saint-Germain près de l’église, sur l’avenue Sainte-Croix.

Parmi le bénévolat effectué, ils aident notamment l’église lors des différents services. Ils assistent également les aînés.

Secret
«Les seuls secrets aujourd’hui sont notre mot de passe et la cérémonie, même si nous sommes toujours considérés comme une société secrète par la police», explique M. Sarrazin.

La cérémonie permet d’accueillir les nouveaux membres, présentés par un parrain, avant qu’ils ne franchissent les quatre degrés que comptent les Chevaliers de Colomb. «Mais il n’y a plus d’initiation comme avant», ajoute-t-il. Des rumeurs circulaient par le passé sur les rites initiatiques de l’ordre.

Quant au mot de passe, il s’agit d’un signe, assez commun, semblerait-il, qui permet aux membres de se reconnaître entre eux.

«Nos portes sont ouvertes, précise M. Sarrazin. Le local du conseil est accessible à tous les vendredis soirs, dès 19h. De nombreuses femmes apprécient beaucoup l’atmosphère.»

Le Conseil organise également des «grandes bouffes», avec repas et bingo, dont la prochaine édition se tiendra le samedi 25 novembre, ainsi que des déjeuners et des soirées de quilles.

Plus d’infos
801, avenue Sainte-Croix
514 744-6120

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!