Isabelle Bergeron/TC Media Alan DeSousa, maire de Saint-Laurent

Le bilan de 2017 est aussi celui du mandat, pour le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa. Réélu pour une cinquième fois, il revient sur les nombreux projets qui ont été réalisés.

Que retenez-vous de la dernière année?
On a vu l’aboutissement de dossiers qu’on avait travaillé tout au long du mandat. Il y a eu des événements, comme la place Rodolphe-Rousseau, le legs du 375e, ou des circonstances qui ont fait débloquer des dossiers, comme l’achat du terrain sur Jules-Poitras.

Quel a été le moment fort de l’année?
Je suis particulièrement fier de notre plan de développement social. Nous voulons offrir à nos citoyens une chance de participer sur une base égale à tous nos services. Le plan ne va pas corriger tous les problèmes de la société, mais il nous permettra d’augmenter l’indice de bonheur parmi nos résidents et, par conséquent, de donner une chance aux jeunes, et aux moins jeunes, d’aller plus loin dans la vie.

Le Complexe sportif a vu le jour, mais le projet de la Maison Robert-Bélanger n’est pas encore réalisé. Quel est le sort de la maison?
Nous sommes en soumission actuellement. Si le contrat est octroyé, il s’agit de faire les plans et devis par des personnes qualifiées dans le domaine de la restauration patrimoniale. Ensuite, nous pourrons aller en soumission pour avoir un entrepreneur qui répond aux normes. Nous irons étape par étape. La rénovation d’un édifice patrimonial peut être semée d’embûches. C’est 200 ans d’histoire, on ne sait pas ce qu’on va trouver, ni les problèmes qu’on peut avoir.

Quant au Complexe sportif, le projet a été assez difficile. Il y a eu des enjeux de financement et des problèmes avec l’entrepreneur. Mais, c’est un succès extraordinaire. On continuera de développer des programmes qui permettront de maximiser son potentiel.

Vous avez tenté de faire le saut au fédéral. Que retenez-vous de cette année électorale?
Je pense que l’élection qui m’affecte le plus est celle du 5 novembre. Dans le contexte où il y a eu une grande vague [de Projet Montréal] et qu’on ramait contre, les résultats sont très satisfaits. Notre vision était claire et le mandat donné par les citoyens l’est aussi. Dans toute l’affaire de l’élection partielle fédérale, ce dont je me souviens le plus, c’est le grand amour et le respect que la population avait envers moi. Certains étaient déchirés, car ils voulaient me garder comme maire. J’ai été très touché.

Un mot, un souvenir de 2017

Urbanisme – L’éco-campus Hubert Reeves, un projet phare en développement durable

Sécurité – Le plan local de déplacement avec son circuit pour piétons, qui protège les plus vulnérables

Environnement – Le concours du corridor de biodiversité Cavendish-Laurin-Liesse, un projet unique au Québec

Économie – Nous avons gagné deux grandes alliées au Service du développement économique de Montréal, avec les nominations de Véronique Doucet et Josée Chiasson

Culture – Le plan de développement culturel, car nous avons été un des premiers arrondissements à en adopter un, avant que les autres suivent

Voirie – L’amélioration du transport actif et en commun

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!