Saint-Laurent ne comptera que cinq stations du futur train électrique qui s’appelle dorénavant Réseau express métropolitain (REM). Alors que la construction devrait se mettre en branle en avril, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) Infra a décidé de supprimer la station prévue en bordure de l’autoroute 13, près du parc-nature du Bois-de-Liesse.

Le faible achalandage, anticipé à moins de 1 000 clients par jour, ainsi que le rapport bénéfices-coûts peu avantageux ont été invoqués par CDPQ Infra pour expliquer sa décision. De plus, l’enclavement du secteur, avec les axes routiers voisins déjà fortement congestionnés, aurait rendu la station difficile d’accès.

«S’il y a une gare qui n’était pas stratégique pour Saint-Laurent, c’était bien celle de l’A-13, souligne le maire de l’arrondissement, Alan DeSousa. Elle avait été conçue pour les Lavallois.»

Cette zone, située à la confluence des arrondissements de Saint-Laurent, Pierrefonds-Roxboro et Ahunstic-Cartierville, pourra être desservie par les stations voisines, notamment celle de Des Sources, à moins de quatre kilomètres.

Tracé modifié
Le retrait d’une station est lié à la modification du tracé du REM. À l’origine, la construction d’un viaduc au-dessus de l’A-13 était prévue pour permettre le lien entre la ligne de train de banlieue de Deux-Montagnes et le corridor du Canadien National (CN). Finalement, le REM longera le corridor existant du CN, passant sous la voie rapide.

«Grâce à ce changement, nous pouvons relancer le projet de prolongement du boulevard Thimens vers le boulevard Pitfield, qui pourrait passer là où le tracé du REM avait été prévu», indique M. DeSousa.

En plus d’éviter la construction d’une nouvelle infrastructure, cet aménagement limitera les impacts sur les zones boisées des alentours.

«Le stationnement incitatif de 500 places de la station A-13 aurait été construit dans un boisé, précise le maire. Son retrait et l’utilisation de la voie de chemin de fer existante permettent de maintenir la cohésion dans le milieu naturel.»

M. DeSousa avait fait part de ses inquiétudes quant à l’aménagement de la station A-13. S’il n’a toutefois pas milité pour son retrait, il est satisfait du nouveau tracé.

Construction
Deux ans après le dévoilement du projet, la construction du REM devrait débuter en avril avec des consortiums composés notamment de SNC Lavalin et Alstom. Les premiers tests se feront à la fin 2020 avant d’accueillir les premiers usagers à l’été 2021.

Ce réseau de transport collectif de 67 kilomètres, qui reliera le centre-ville de Montréal, la Rive-Sud, l’Ouest-de-l’Île, la Rive-Nord et l’aéroport Montréal-Trudeau, coûtera 6,3 G$.

Le coût passager-km annoncé de 0,72 $ sera respecté et l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) définira ses tarifs à partir de ce dernier.

Les stations à Saint-Laurent seront localisées au Technoparc, aux gares Bois-Franc, du Ruisseau et Montpellier ainsi qu’à la hauteur de l’A-40. On ignore pour le moment quel tronçon du REM sera construit en premier.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!