Hugo Lorini/TC Media Architectes et ingénieurs s'attellent désormais aux plans pour la restauration de la Maison Robert-Bélanger.

Un montant de 2,5 M$ sera disponible pour achever la restauration de la maison Robert-Bélanger, à Saint-Laurent. De cette somme, un contrat d’un demi-million a été octroyé à une firme d’architecture pour la préparation des plans et devis de la restauration de la ferme en pierre du chemin du Bois-Franc.

Un an après l’annonce du lancement de l’appel d’offres, le mandat a finalement été accordé à la seule firme soumissionnaire. DFS inc. architecture & design, qui a notamment restauré des églises et la Tour de l’Horloge du Vieux-Port de Montréal, sera responsable de l’architecture, l’architecture du paysage et l’ingénierie, grâce à un consortium avec Cosigma structure pour ce dernier point.

Sa soumission dépassait de 140 000 $ l’estimation de l’arrondissement, mais compte tenu de la portée des travaux et de la quantité de services professionnels requis, le montant n’a pas pu être réduit.

L’élaboration du programme d’interprétation et de commémoration du site à valeur patrimoniale sera également parmi les tâches de l’entreprise, qui devra aussi travailler à l’obtention d’une certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) ou BOMA BEST (Building Environmental Standards).

La restauration débuterait dans un an pour être finalisée en 2020, selon un échéancier sujet à modification.

Les travaux planifiés pourraient permettre à la bâtisse de 210 m2 de devenir une maison du développement durable ou un point de service dans l’ouest de l’arrondissement, selon le maire, Alan DeSousa. «Sa mission n’est pas encore définie, mais d’ici deux ans, nous aurons des choix à faire», ajoute-t-il.

2,5 M$
Deux sources permettront le financement de la restauration de la Maison Robert-Bélanger. Un montant de 1,2 M$ sera versé par le Programme triennal d’immobilisations de la Ville de Montréal.

Le gouvernement provincial, par l’intermédiaire du Fonds du patrimoine culturel québécois, contribuera à hauteur de 1,3 M$.

La bâtisse a été construite au début du XIXe siècle et disposait à l’époque d’un terrain de 34 hectares et d’installations. Grugé par l’urbanisation, il reste aujourd’hui moins d’un demi-hectare. Achetée en 2010 par la Ville, qui en a fait un monument historique, la ferme est la dernière construction de ce type à subsister sur l’ancienne côte Saint-Louis-du-Bois-Franc.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!