Totalement en confiance, une élève de 4e année a plongé dans la piscine, alors qu’elle ne savait pas nager. Si les moniteurs ont pu l’assister, la Société de sauvetage souhaite éviter ces situations et prévenir les risques de noyade grâce au programme «Nager pour survivre», donné au YMCA de Saint-Laurent.

Il y a une différence entre savoir nager et savoir se baigner, prévient la Société de sauvetage qui chapeaute cette série de trois séances pour les élèves de 3e à 6e année du primaire.

«Nous nous sommes rendu compte, lors d’une activité à la piscine de quartier, que plusieurs enfants disaient savoir nager, mais seulement lorsque leurs pieds touchaient le fond en fait», rapporte Chantale Carrier, enseignante à l’école Édouard-Laurin, sur la rue Tassé.

Depuis, elle a décidé que ses 4e année suivront le programme «Nager pour survivre», dans la piscine du YMCA de la rue Décarie. «Certains parents disent seulement qu’il ne faut pas s’approcher de l’eau, mais il y a toujours des risques», ajoute-t-elle.

Avec une subvention de la Société de sauvetage, la participation de l’école et une petite participation des parents, la formation est étendue à cinq séances d’une heure. Les enfants apprennent l’entrée par roulade dans l’eau afin de s’orienter après une chute inattendue, à se maintenir à la surface de l’eau et à nager vers un endroit sécuritaire.

«Ce n’est pas un cours de natation. Il faut que ce soit plaisant et que les enfants se rendent compte des dangers de la piscine et des plans d’eau, explique la monitrice en natation du YMCA, Évelyne Phan. On leur apprend également à mettre un vêtement de flottaison individuel (VFI).»

Apprentissages
Pour les enfants de l’école Édouard-Laurin, l’apprentissage va au-delà de la prévention de la noyade.

«Il y avait beaucoup de stress au début, mais ils ont maintenant du plaisir à venir à la piscine», souligne l’enseignante Chantale Carrier, qui a notamment dû convaincre les parents. Dans un milieu multiculturel comme Saint-Laurent, la relation à l’eau est différente d’une personne à l’autre. «Certains avaient peur. Nous avons dû trouver quelqu’un pour leur expliquer le projet dans leur langue.»

Finalement, toute la classe est là, même si certains ont dû emprunter un costume de bain à un ami.

«On travaille beaucoup sur l’ouverture, indique la psychoéducatrice de l’école, Chantal Gauthier. On leur apprend à ne pas se moquer des apparences des autres, car quelques-uns ont des maillots trop grands par exemple, ainsi qu’à respecter les consignes d’un intervenant extérieur.»

À la cinquième et dernière séance, les élèves s’amusent dans l’eau. Rares sont ceux qui hésitent encore à lâcher le bord de la piscine. «Il y en avait pourtant quelques-uns qu’on devait prendre dans nos bras, car ils n’étaient jamais allés dans l’eau», se souvient Mme Carrier.

«J’ai appris à ne pas être stressé dans l’eau, à regarder la profondeur et comment y entrer, pas la tête en premier, mais les jambes», raconte un élève, Anh Tuan, qui aimerait prendre des cours de natation.

Pour ceux qui veulent continuer de s’améliorer, le YMCA propose des cours pour tous les âges. «Nous avons déjà eu des enfants qui nous ont amené leurs parents après cette formation», souligne la coordonnatrice des activités aquatiques, Oulaya Khalil, pour qui, en 10 séances privées, un enfant sait nager.

Une autre élève, Harini, se souviendra comment aider quelqu’un en détresse dans l’eau. Cet exercice a aussi été un enseignement pour Noémie, qui faisait déjà de la natation et qui est heureuse de voir que ses camarades qui avaient peur de l’eau savent maintenant nager. «J’ai également appris qu’il fallait bien répartir son poids sur la glace lorsque quelqu’un tombe dans un lac gelé», ajoute l’élève de 10 ans.

Pour l’enseignant en éducation physique de l’école Édouard-Laurin, Manuel Lamarche, ce programme permet à des élèves, parfois moyens en sports collectifs, de se démarquer. D’autres sortent de leur zone de confort. Mais, finalement, tous repartent avec les outils pour profiter en toute sécurité des piscines et des plages cet été.

Les écoles de Saint-Laurent qui souhaitent suivre ce programme peuvent contacter Oulaya Khalil au YMCA au 514 747-5353, poste 252.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!