Isabelle Bergeron/Métro Média De service à la clientèle au téléphone, le retraité George Quinn est passé à celui de conducteur pour des aînés ayant un faible revenu et en perte d’autonomie depuis septembre.

Les bénévoles, œuvrant le plus souvent en toute modestie, effectuent un travail indispensable à la vie des autres Laurentiens. L’un d’eux, George Quinn, s’implique auprès des aînés depuis qu’il a pris sa retraite.

Après une carrière de 50 ans en service à la clientèle, il connaissait la ville par cœur. «On m’appelait monsieur GPS dans la compagnie de plomberie où j’ai travaillé les 26 dernières années», souligne celui qui se fie toujours à son sens de l’orientation dans ses déplacements.

Plusieurs fois par semaine, l’homme de 75 ans conduit ses pairs à leurs rendez-vous médicaux ou à l’épicerie. Pour lui, il est important de leur donner une chance d’être mobiles.

Le Centre d’action bénévole et communautaire (ABC) Saint-Laurent le met en relation avec les personnes qui ont besoin d’aide. Parfois, il assiste jusqu’à trois aînés dans la même journée.

«Tant que je suis en santé, j’aime conduire et j’ai la patience, j’essaie d’en faire le plus possible», indique celui qui a fait 27 sorties en mai.

Patience
«Il accompagne beau temps, mauvais temps les aînés qui doivent se rendre à leurs rendez-vous. Ce type de bénévolat demande beaucoup d’adaptation et de patience, car les bénévoles doivent attendre pendant plusieurs heures les aînés à l’hôpital», confie l’agente de développement du Centre ABC, Fatou Thiam.

Selon elle, M. Quinn est toujours disponible pour donner un coup de main. L’accompagnement-transport est justement le service le plus demandé.

«Je fais les livraisons de la popote roulante depuis trois ans et ses gestionnaires m’ont conseillé d’aller au Centre ABC, ce qui me permet d’être couvert pour l’utilisation de mon auto», explique M. Quinn, qui continue d’aider la popote de la paroisse chaque semaine.

Présence
«Cet accompagnement, c’est aussi la présence d’un être humain que les bénéficiaires attendent, analyse-t-il. Je parle aux gens qui ont des malaises, je tente de les soulager et je les comprends aussi, puisque j’ai moi-même vécu des problèmes d’arthrite par exemple.»

Ses sorties l’amènent à vivre de beaux moments. Retardé par le rendez-vous prolongé d’un des aînés. M. Quinn a dû aller chercher un autre client et sa femme à la sortie de son travail. Finalement, ils sont tous allés manger une crème glacée.

«La communication est primordiale. Je dis parfois « bonjour » dans la langue d’origine pour amorcer le dialogue», explique M. Quinn.

Il se souvient ainsi de belles rencontres, comme un homme de 90 ans avec qui il avait de nombreuses connaissances communes ou une dame qui était comptable dans une compagnie avec laquelle il travaillait.

Également passionné de généalogie – il est remonté jusqu’en 1701, M. Quinn a des journées bien remplies, alors que son épouse est au travail et son fils, aux études.

«Cette expérience enrichit la personne bénévole et apporte du bonheur à celle qui en bénéficie», conclut-il.

Le Centre ABC coordonne les services de bénévolat pour les enfants, comme l’aide aux devoirs, les aînés, avec l’accompagnement aux rendez-vous, mais aussi des visites d’amitié, ainsi que pour des événements spéciaux. Il vient notamment appuyer des initiatives communautaires du milieu laurentien, le Magasin-Partage par exemple. Tout bénévole, qui peut être un adulte, un adolescent ou un jeune (12 ans ou moins) accompagné d’un parent, reçoit une formation de base.

Pour plus d’infos
centreabc.org
514 744-5511

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!