Plusieurs aînés de Saint-Laurent bénéficieront d’un peu de chaleur lors de la veille de Noël, alors que la chorale multiculturelle de la paroisse ira leur rendre visite. Pour une troisième année consécutive, la vingtaine de choristes de toutes origines chantera Noël à un rythme africain.

Le matin du 24 décembre, ces passionnés iront en paires à la rencontre des aînés des Résidences Sainte-Croix. En plus de la musique offerte à chaque logement, ils prendront le temps de discuter avec eux et de leur offrir un cadeau préparé par la paroisse de Saint-Laurent.

«Il faut les visiter, car certains aînés n’ont pas d’enfant, alors que nous sommes chanceux d’avoir une famille», souligne l’une des choristes, Ella Dossa, qui perçoit mal qu’on délaisse les personnes âgées.

Un concert dans la salle commune ainsi qu’un partage de gâteaux leur sera également proposé.

Alors qu’une grande partie des membres de la chorale est d’origine africaine, ils rappellent l’importance de prendre soin des aînés.

«Nous n’avons pas d’hospices où nous les envoyons avec leurs congénères d’âge. Nous les gardons le plus longtemps possible chez nous», souligne Walter Mulondi, citant l’adage congolais «Les oreilles ne dépassent jamais la tête», qui signifie qu’un enfant en demeure un toute sa vie.

La musique a apporté chaleur, étonnement et émerveillement aux visités les deux dernières années. M. Mulondi se souvient d’une personne d’origine algérienne qui s’est mise à lui confier ses souvenirs, découvrant ainsi des lieux communs. «Une fenêtre s’est ouverte pour lui la veille de Noël», ajoute-t-il.

Engouement
Comme les aînés, les paroissiens ont découvert avec joie la musique de la chorale multiculturelle lancée par Éric Vitouley à la Pentecôte 2015.

«Je trouvais qu’il y avait un manque dans la dynamisation de la paroisse, où les immigrants sont nombreux. J’ai présenté le projet au père Yvon Cousineau, qui nous a attribué la messe de midi», se souvient M. Vitouley, qui s’est formé à la musique de manière autodidacte et cumule une vingtaine d’années d’expérience dans des chorales au Bénin, en Belgique et au Canada.

L’engouement pour leur musique fut tel qu’ils assurent désormais deux messes par mois, en plus d’événements spéciaux comme la fête de Saint-Laurent et la messe de 19h30 de Noël.

«Je suis arrivée il y a peu au Canada et, quand je suis allée à la messe, personne ne bougeait ni ne tapait dans ses mains. Où étais-je? Mais, avec la chorale, c’est comme me retrouver chez moi», confie Jolie Bizimana, originaire du Burundi.

Les chants de louange et de Noël prennent un tout autre rythme avec la chorale orchestrée par M. Vitouley. Ce dernier est au piano, tandis que les tambours, voire la batterie, ne sont jamais loin.

Non seulement multiculturelle, la chorale est aussi intergénérationnelle, de 7 à 77 ans quasiment.

Grâce au bouche-à-oreille, elle assure régulièrement des messes de mariage et de baptême ailleurs sur l’île de Montréal et jusqu’à Ottawa.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!