(Photo TC Media-Sylvain Gagnon) En participant à cette journée de sensibilisation contre la maltraitance, les aînés ont pu apprendre quelques gestes simples pour se sentir plus en sécurité. 
Quelque 80 personnes se sont réunies, le lundi 9 juin, au centre de loisirs de Saint-Laurent, pour un après-midi de sensibilisation sur la maltraitance envers les personnes aînées, en amont de la journée mondiale, qui se tiendra le 15 juin.

Le Comité Ensemble contre la maltraitance envers les aînés de Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent* avait normalement mis au programme le théâtre-forum « Des maux pour le dire ». Malheureusement, la pièce a dû être annulée car une majorité des comédiens, aînés eux-aussi, est tombée malade.

À la place, les participants ont pu prendre part à une conférence interactive menée par l’organisme « Plein pouvoirs, Kidpower ».

« Le but de cette animation est de donner du pouvoir aux personnes âgées, en terme de sécurité au niveau de leur domicile et dans leurs contacts relationnels », explique Marjolaine Larocque, organisatrice communautaire au CSSS Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent.

Les aînés présents ont donc pu apprendre différents gestes et postures de défense pour se prémunir de certaines situations de maltraitance.

Une population concernée

Le territoire du CSSS Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent compte 20 % de personnes de 65 ans et plus.

« Notre but est vraiment de sensibiliser la population, car il y a plus de 20 000 à 25000 personnes âgées dans notre secteur. Il n’y a pas si longtemps, notre CSSS était le 2e en terme de population d’aînés », souligne Mme Larocque.

Oser en parler

Chaque année, se tient la journée mondiale de sensibilisation à la
maltraitance des personnes âgées, le 15 juin.

« Même si l’on fait des actions tout au long de l’année, ça permet de me mettre l’accent au moins une fois par an. Le message est de dire que peu importe la maltraitance, qu’elle soit physique, psychologique, ou financière, cela concerne tout le monde. Il ne faut pas hésiter à poser des questions. Par exemple, si on voit une personne âgée avec un bleu, on peut lui demander si ça va, si elle a vu le médecin. Le but est d’ouvrir une porte et de permettre à cette personne de parler, si jamais elle est victime de mauvais traitements. »

Au Québec, on estime que 10 à 15% des aînés sont victimes d’abus, soit 150 000 personnes âgées. Seuls 20% des cas seraient dénoncés.

*Les PDQ 10 et 7, Tandem Ahuntsic-Cartierville, le YMCA Saint-Laurent, le Centre d’action bénévole Bordeaux-Cartierville, COCLA et le CSSS Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent font partie du Comité Ensemble contre la maltraitance envers les aînés de Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent.

————————————————————————————————————————————-

Des ressources à portée de main

Les personnes victimes ou témoins de maltraitance peuvent contacter différents organismes du territoire.

Le CLSC Bordeaux-Cartierville au 514 331-2572.

Le CLSC Saint-Laurent au 514 748-6381.

La police au PDQ 10: 514 280-0410, et au PDQ 7 au 514 280-0407.

Intervention SAVA (Soutien aux aînés victimes d’abus) au 514 521-7757

Le CAVAC (Centre d’aide aux personnes victimes d’actes criminels) au 514 277-9860.

La ligne Aide, Abus, Aînés

Cette ligne téléphonique s’adresse aux aînés victimes de maltraitance mais aussi aux proches qui sont préoccupés.

Cette ligne, sans frais et bilingue, est ouverte de 8 h à 20 h, tous les jours de la semaine au 1-888-489-ABUS (2287).

Des professionnels expérimentés sont là pour écouter, conseiller et diriger les personnes vers les ressources adéquates.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!