Sylvain Gagnon Présenté dans les médias comme un élu pouvant remplacé  le maire, Alan DeSousa a déclaré n'avoir jamais manifesté publiquement son intérêt.
Le départ du maire de Montréal n’est pas passé inaperçu au conseil d’arrondissement. Charles Benchimol, ancien conseiller, a partagé ses impressions quant aux allégations sur Gérald Tremblay émanant de la Commission Charbonneau.

Il s’est adressé au maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa, lors de la période de questions du public. M. Benchimol lui a demandé s’il portait une part de responsabilité en tant que membre du comité exécutif de la Ville de Montréal.

«Quand j’ai eu des dossiers, je les ai menés avec diligence», lui a répondu M. DeSousa. Il a poursuivi en disant qu’il avait toujours fait face à ses responsabilités et  entendait continuer à le faire.

M. Benchimol a ensuite questionné le maire sur le financement des candidats d’Union Montréal lors de l’élection partielle à Saint-Laurent de 2004. «Est-ce que vous vous sentez à l’aise? Vous n’étiez au courant de rien?»

Dès la question posée, le maire a tout de suite répondu: «Non! Spécifiquement, M. Tremblay a nié avoir participé à une rencontre de cette nature.» M. DeSousa a ensuite rappelé que Gérald Tremblay souhaitait comparaître devant la Commission Charbonneau pour faire connaître sa version des faits.

À la fin du conseil, les élus, tous sous la bannière d’Union Montréal, ont réitéré que les affaires de Saint-Laurent étaient gérées honnêtement et que l’histoire donnerait raison à l’ex-maire Tremblay.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!