Archives Place Benoit n'aura pas de nouveau CPE.
Le projet de centre de la petite enfance(CPE) «Les génies de demain» n’a pas été retenus par le ministère de la Famille et des Aînés du Québec. C’est avec déception que les membres du conseil d’administrateur du CPE, le comité petite enfance du COSSL et les citoyens s’étant mobilisés pour le projet ont appris qu’aucune place en garderie ne serait créée à Place Benoit.

Pourtant, 50% des ménages de ce quartier ont un revenu annuel inférieur à 25 000$ et 85% de ces familles sont issues de l’immigration. Ce projet issu du milieu aurait permis de créer 80 places dans un secteur où 50% de la population à moins de 15 ans.

Le ministère de la Famille a refusé toute entrevue, exigeant qu’une demande d’accès à l’information soit faite pour connaître les raisons qui l’ont poussé à ne pas retenir ce projet. Après que le document nous ait été refusé, nous avons demandé des éclaircissements à Vincent Lanctôt, attaché politique au cabinet de Nicole Léger, ministre de la Famille.

Il confirme qu’un comité consultatif a été formé pour analyser les demandes d’ouverture de CPE. La ministre Léger a approuvé les recommandations du comité «pour que le processus soit exempt d’influence. Les recommandations n’ont pas été dévoilées. Pour ce qui est du processus, moi, je n’ai même pas les raisons pour lesquelles certains projets ont été acceptés et d’autres pas.»

Le comité petite-enfance du COSSL s’est dit grandement déçu de la réponse du ministère. Il «comprend que l’attribution de places en milieu de garde se base notamment sur le déficit des places sur un territoire. Mais ces données ne représentent pas les spécificités locales des secteurs défavorisés, car sur le territoire, une grande proportion de places n’est pas accessible aux enfants de Saint-Laurent.»

Cette inaccessibilité serait due au fait que ces places sont dans des garderies privées, en CPE en milieu de travail ou bien dans des CPE réservés à une clientèle particulière. Au bout du compte, les enfants des secteurs défavorisés n’auraient pas accès à des places en garderie, selon le comité.

Prêt pour l’école?

À leur entré en maternelle, 43% des bambins de Saint-Laurent présentent au moins un retard dans une sphère de développement liés à la maturité scolaire. Les CPE sont reconnus pour palier au retard des tout-petits avant leur première journée d’école.

«À partir d’une cartographie de la maturité scolaire à Saint-Laurent, il est possible d’observer que les zones les plus touchées possèdent très peu de places en milieu de garde. Ces données sont malheureusement noyées dans la moyenne territoriale», explique Gabrièle Guay, coordonnatrice du plan d’action comité petite-enfance du COSSL.

Le comité essuie un refus, mais ne laisse pas tomber la serviette. Il «s’engage à mobiliser la communauté afin d’obtenir des places de garde de qualité pour les enfants vulnérables de Saint-Laurent et demeure confiant que le comité consultatif et le ministère prendront en considération le faible accès des familles défavorisées lors du prochain appel de projets.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!