Gracieuseté Saint-Laurent est doté d'un comité d'urbanisme auquel participent des citoyens et des élus. La majorité des projets doivent obtenir son approbation avant de recevoir un permis de construction.
Non seulement l’arrondissement connaît la hausse démographique la plus importante à Montréal, mais il y pousse partout des projets résidentiels et commerciaux. L’année dernière uniquement, une dépense de 333 milliards $ a été approuvée pour la construction de nombreux projets.

Le grand «boom» de l’immobilier est surtout porté par le dynamisme des projets commerciaux. La valeur des permis à fait un bond de 237% en 2012 par rapport à l’année d’avant, avec des dépenses de 142 millions $.

Que ce soit pour un agrandissement ou une nouvelle installation, chaque initiative redynamise ou solidifie une branche de l’économique laurentienne. «Air Inuit consolide le pôle aéronautique», exemplifie Éric Paquet, directeur Aménagement urbain et Service aux entreprises à l’arrondissement. Les sociétés L’Oréal, Le Groupe Aldo et Postes Canada agrandiront leur bâtiment.

Projet de grande importance qui a obtenu un permis en 2012, le Centre de transport Stinson, de la Société de transport de Montréal, à l’angle des rues Stinson et Montpellier, créera 800 emplois. «La grande majorité d’entre eux n’est pas encore à Saint-Laurent», précise M. Paquet, visiblement enchanté. Ce bâtiment de deux étages pouvant accueillir 300 autobus vise une certification LEED Or.

Le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa, se réjouit de la vigueur économique de l’arrondissement. «La vitalité de Saint-Laurent, autant sur le plan du développement résidentiel qu’industriel, est garante de qualité de vie et de création d’emplois.»

Construire un chez-soi de qualité

Le secteur résidentiel a connu une hausse de 29% l’année dernière, pour atteindre des dépenses de la hauteur de 127 millions $. La croissance démographique de 10,6% depuis 2006 n’est pas étrangère à la poussée immobilière. Depuis cinq ans, Saint-Laurent a accueilli 10 000 personnes de plus.

Les nouvelles constructions résidentielles visent une certification LEED à 75%. «On pousse beaucoup le développement durable à l’arrondissement. C’est le défi de la décennie et les partenaires privés rentrent dans le jeu. Quand j’ai vu les chiffres, j’ai été agréablement surpris et impressionné», raconte le directeur.

Par exemple, le promoteur Maisons de Ville Challenger Ouest a d’obtenu la certification LEED Argent pour un premier ensemble d’habitations. Ainsi, 56 unités réparties en 8 bâtiments ont été réalisées en conformité avec les principes du développement durable, constituant ainsi le plus grand nombre d’unifamiliales certifiées au Québec pour un même projet.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!