SAINT-LAURENT – Plus d’une soixantaine de résidents et d’intervenants de l’arrondissement de Saint-Laurent se sont réunis mardi dernier pour discuter de la situation du logement sur le territoire laurentien.

Organisé en collaboration avec le Comité logement Saint-Laurent, le CSSS de Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent, le Comité des Organismes Sociaux de Saint-Laurent, l’arrondissement de Saint-Laurent ainsi qu’ARIMA, le forum sur le logement a permis aux intervenants d’échanger des informations et aux résidents de faire part de leurs préoccupations.

Des représentants de différents organismes ont pris la parole afin de débattre de certains sujets reliés au logement. Toute la journée, des conférences étaient offertes à l’auditoire, notamment sur la discrimination, l’accessibilité, le logement social, la salubrité, les droits et responsabilités, etc. Le Programme AccèsLogis a également été présenté par Mazen Houdeib, directeur général de l’organisme ROMEL. Ce programme donne accès à des logements pour une clientèle plus vulnérable, soit à cause de l’âge, de problèmes de santé, parce qu’elle est en perte d’autonomie ou à cause de revenus modiques.

Les résidents de Saint-Laurent préoccupés

Les ateliers aux thématiques variées offerts aux participants ont permis aux résidents et intervenants de l’arrondissement de Saint-Laurent de faire part de leurs préoccupations. Lors de l’atelier sur les droits et responsabilités des locataires, les participants se sont montrés particulièrement inquiets et démunis. «Habituellement, s’il y a un problème relié à mon logement, j’appelle la police, avoue Mohamed, qui est au Québec depuis quatre ans. Je ne sais pas vers qui me tourner, où aller ou qui peut m’aider.» «Il existe toutes sortes d’organismes, a renchéri une intervenante qui désire demeurer anonyme. Il y a une multitude d’organismes avec une juridiction séparée sur le même thème du logement. Par contre, les résidents, surtout les nouveaux arrivants, ne sont pas au courant de ce que fait chacun de ces organismes, sinon même ignorent l’existence de ces organismes! Ils ne savent plus vers qui se tourner.»

Ce sentiment d’insécurité, Maria Vasquez, intervenante communautaire au CLSL, le rencontre quotidiennement. «Les résidents doivent connaître leurs droits et responsabilités! Il y a un bon nombre de problèmes qui pourraient être réglés comme ça. C’est de la prévention. Il y a un comité logement pour vous aider à résoudre ces problèmes. Appelez les organismes: nous travaillons en concertation avec les inspecteurs, avec les intervenants et différentes instances.»

Le manque de logement social décrié

Une préoccupation qui est revenue souvent pendant le forum est le manque de logements à caractère social, tels que les HLM. Le manque d’action des gouvernements fédéral et provincial a été dénoncé. «Nous avons changé de gouvernement provincial, a commenté Jean-Claude Laporte, responsable des dossiers québécois du FRAPRU, mais cela n’a pas changé grand-chose au niveau du logement social. Si on continue comme ça, ça prendrait 90 ans avant de régler les problèmes d’aujourd’hui!»

Le forum s’est conclu avec la constatation que les résidents de Saint-Laurent n’étaient pas assez impliqués ni informés des droits et responsabilités qui leur incombent en tant que locataires, que les nouveaux arrivants devraient recevoir des ateliers à ce sujet et que les organismes qui œuvrent autour de cette problématique gagnent à être connus.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!