Sylvain Gagnon Les responsables du stationnement au Centre Côte-Vertu doivent répondre au mécontentement des citoyens. «Je me suis même fait traiter de raciste», a rapporté un employé devenu la cible d'injures d'autres citoyens.
Une pétition de 60 noms a été déposée à l’arrondissement. La raison: un muret installé autour du stationnement du Centre Côte-Vertu. Pour les pétitionnaires, il s’agit d’un problème de sécurité. Ils estiment que muret les oblige à faire des détours dangereux. Pour le président du Centre, Tony Yazbeck, ce même muret permet de gérer équitablement le stationnement.

Selon lui, tout a commencé avec les plaintes des clients du Centre, qui n’étaient plus en mesure de se stationner. Le président a alors découvert qu’une dizaine de places étaient occupées par des clients des magasins avoisinants.

«Ils croyaient qu’ils faisaient partie du centre d’achats. Quand tu magasines de l’autre côté, amène ta voiture avec toi», dit le président. Ce dernier souhaite protéger le droit des clients du Centre de se stationner.

La réaction des citoyens

Après que le muret fait de <@Ri>jerseys<@$p> ait été installé, Alain Laprise et Cécile Layal Choueifati, ont récolté les signatures des habitants des alentours. Ces derniers se rendent au Centre Côte-Vertu à pied.

«Laissez-nous un petit passage pour piétons au travers du muret.  Nous allons être très contents», déclare M. Laprise en pointant l’emplacement où il empruntait autrefois, le passage piétonnier maintenant bloqué.

«Le problème, c’est la sécurité, car on est obligé de passer par le stationnement plein de voitures et de camions», explique Mme Layal Choueifati, en désignant un des accès menant au Centre.

Cette dernière ne voit pas d’inconvénient à faire tout le tour du muret pour atteindre l’autre entrée piétonnière du Centre, tant qu’il fait beau. «Mais lorsqu’il fait mauvais, le trottoir municipal n’est pas sécuritaire! Il est déneigé en dernier», déplore-t-elle.

Elle rappelle que pour les personnes âgées, chaque pas compte. Avouant avoir la hantise de tomber, Mme Layal Choueifati, considère que «la seule façon sécuritaire de procéder, c’est d’ouvrir le muret».

Matériaux non conformes

L’arrondissement a réagi à la pétition en envoyant une lettre à M. Yazbeck, l’informant que les matériaux utilisés pour construire le muret ne sont pas conformes aux règlements municipaux. De plus, Saint-Laurent fait remarquer au président que l’ajout du muret réduit l’espace des stationnements, dorénavant trop petits.

M. Yazbeck dit avoir pris rendez-vous avec l’arrondissement pour trouver une solution. Souhaitant respecter les lois, il est prêt à changer le matériau du muret.

Il refuse toutefois de l’enlever ou de faire une ouverture pour les piétons. Il considère que« la pétition est ridicule! C’est juste des excuses de vieille dame! Si les piétons devaient traverser la rue, je comprendrais, mais là, il suffit de longer le trottoir municipal», conclut le président du Centre Côte-Vertu.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!