Des immigrants n’ont pas peur que du froid. Ils craignent aussi les coûts qui y sont associés. En plus du chauffage, les familles doivent prévoir un budget pour les manteaux, les tuques, les bottes et les activités d’hiver. Les nouveaux arrivants doivent-ils craindre les impacts économiques de l’hiver?

Selon Maria Vasquez du Comité logement Saint-Laurent: «Ils se font avoir! Le premier hiver, ils craignent le froid et veulent des logements tout inclus, car ils ne veulent pas une facture d’Hydro-Québec trop gonflée à la fin. Ils ne connaissent pas les paiements égaux d’Hydro-Québec.»

La plupart des nouveaux arrivants viennent de pays plus chauds. Certains ont opté pour des logements tout inclus après avoir reçu une facture d’électricité salée. «Ils chauffent beaucoup trop, car ils s’habillent encore comme dans leurs pays d’origine», pense Mme Vasquez.

D’autres ont l’impression de ne plus pouvoir sortir sans se ruiner. À Saint-Laurent, des fêtes de quartier sont organisées pendant la saison froide.

Vêtir les familles

Cette année, le bazar d’hiver de Saint-Laurent, qui a eu lieu au début du mois, a permis à 133 familles de se procurer des vêtements pour la saison froide à très bas prix. Plus de 25 partenaires ont rendu cet événement possible.

Nouvelles Saint-Laurent News a vérifié s’il était possible de se procurer des vêtements d’hiver à prix modique. Une visite au magasin Renaissance au coin de la rue De l’Église et du boulevard Décarie a suffi pour confirmer la chose.  Il s’y trouve des manteaux très chauds pour envions 10$, ainsi que des foulards et des tuques au prix variables, mais toujours très modiques.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!