Sylvain Gagnon Le retour en classe s'est déroulé dans le calme au Cégep de Saint-Laurent.
La rentrée en classe s’est déroulée dans le calme au Cégep de Saint-Laurent. Les étudiants n’ont pourtant pas complètement tourné la page, la grève est suspendue, mais elle n’est pas finie pour autant.

Les étudiants sont en classe, mais la grève n’est pas finie. Les membres de l’Association étudiante du Cégep de Saint-Laurent (AECSL) ont voté en faveur d’une suspension de la grève et passeront un nouveau vote de grève à la fin de session en cours. Les étudiants du Cégep de Saint-Laurent seront aussi en grève chaque 22 du mois pour prendre part aux manifestations.

Après un vote très serré en faveur de la grève, le 11 août, le syndicat des professeurs s’est dit inquiet de la façon dont allait se dérouler la suite des choses. En signe de contestation du vote de grève, environ 500 personnes auraient signé une pétition Internet demandant une reprise du vote. Ceci a poussé l’AECSL à tenir une nouvelle assemblée générale le 17 août. Résultat: les étudiants ont voté pour une suspension de la grève, afin de sauver la session d’hiver, arrêtée il y a plus de 6 mois.

Après des mois de friction, les étudiants sont rentrés dans le calme. « Ça va assez bien on ne sent pas de tension », estime Guillaume Fournier, professeur de musique au Cégep de Saint-Laurent. Julie Casavant, étudiante au cégep et mère de deux enfants, croit aussi que la rentrée s’est bien déroulée.

L’étudiante, qui supportait la grève « comme moyen de protester à la suite des accusations de corruption du gouvernement libéral », s’est dite très contente de rentrer en classe. « Moi j’ai 40 ans, je n’ai pas de temps à perdre », a-t-elle expliqué. Malgré son désir d’obtenir son diplôme au plus vite, Mme Casavant a dû ralentir la cadence de ses cours. « J’avais cinq cours à faire, j’ai descendu ça à trois. Pour être capable de faire mes cours tout en passant du temps avec mes enfants».

Une session accélérée

La session en cours ne sera pas de tout repos. « Nous ne pouvons pas donner des cours qui reprendront l’intégralité du contenu. Forcément il va y avoir des éléments qui ne seront pas vus en classe », affirme Yannick Delbecque, professeur de mathématiques. Le professeur estime que ce qui ne sera pas vu en classe aura un impact sur les sessions suivantes. Ceci même si les étudiants mettent les bouchées doubles.

En ces temps d’élections, un étudiant du Cégep se dit insatisfait de la place qu’occupe la question de la hausse des frais de scolarité dans le débat. Plus attiré par la démocratie directe, qu’il estime avoir expérimenté en assemblée générale pendant la grève, il doute des vertus de la démocratie représentative. « Les politiciens sont tellement en compétition pour se faire élire qu’ils ne parlent pas d’idées », déplore l’étudiant. « En assemblée générale, on parle de vraie politique, pas de sondages », estime l’étudiant.

La session d’hiver 2012 prendra fin le 28 septembre, les étudiants du Cégep de Saint-Laurent seront alors amenés à voter de nouveau sur la reconduite de la grève.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!