Collaboration spéciale Trois bénévoles étaient sur place pour traduire les explications en arabe, en espagnol, et en mandarin.

Jeunes et moins jeunes, nouveaux arrivants et Québécois de toutes origines, ils étaient plus de 800 à se rassembler autour des érables du parc Beaudet samedi, au grand plaisir de leurs papilles. Pour une première fois cette année, c’est en cinq langues que les résidentsse sont fait expliquer les rudiments de la production du sirop d’érable.

Pour sa onzième édition, l’Érablière urbaine a redoublé d’efforts pour rendre la tradition québécoise centenaire accessible à tous ses résidents.

La découverte d’une tradition
«Certains de nos visiteurs sont surpris que ce ne soit pas du sirop qui coule directement de l’arbre ou encore, que l’on puisse réellement boire le contenu des chaudières», explique Mario Bonenfant, fondateur de l’évènement.

À chaque édition, l’érablière accueille de nombreux nouveaux arrivants qui ne connaissent pas du tout les produits de l’érable et encore moins, le procédé qui mène à la production de ceux-ci.

Cette année, pour leur faciliter la tâche, «en plus du français et de l’anglais, il y avait trois bénévoles qui expliquaient les activités en espagnol, en arabe et en mandarin», souligne Simon Broquet, coordonnateur de projet chez Vert-cité, l’organisme gestionnaire de l’Érablière urbaine.

Les bénévoles du CARI Saint-Laurent proposaient, tant qu’à eux, des pâtisseries nord-africaines à saveur d’érable.
«Il y vraiment une rencontre entre le pôle traditionnel et le pôle multiculturel et ce croisement deviendra à son tour du folklore», explique M. Bonenfant, aussi connu sous le nom de Capitaine Sirop.

Faire preuve d’inventivité pour perdurer
Les organisateurs se sont donnés comme objectif de produire un évènement qui se renouvelle sans cesse. C’est pourquoi, des activités et des partenariats changent et s’ajoutent d’une édition à l’autre.

«Il n’y a aucune raison pour que cette activité cesse, l’érablière devient une véritable tradition pour la communauté de Saint-Laurent», renchérit M. Bonenfant.

Cette année encore l’érablière a battu son record d’assistance en accueillant plus de 800 personnes et près de 1000 élèves d’écoles laurentiennes et de classes de francisation.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!